Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    WikiLeaks flottant

    Société
    URL courte
    0 0 0

    Le site Internet scandaleux WikiLeaks a l'intention de se cacher des poursuites des autorités américaines sur un navire dans les eaux neutres. La Principauté de Sealand, située dans la mer du Nord près de la côte britannique peut devenir l'endroit de l’installation des serveurs grâce auxquels le site Web continuera à dénoncer les hommes politiques et des grandes compagnies. L'idée n'est pas originale, les sites Internet pirates et les laboratoires qui clonent les gens ont déjà essayé de sortir dans la mer.

    Le lieu est très intéressant. Un micro-état Sealand est situé sur une vieille plate-forme  de l'époque de la Seconde guerre mondiale, il a été crée en 1967 par le commandant britannique  Roy Bates. Dans ce pays qui n'est reconnu par personne on traite avec un respect sacret la liberté d'Internet: on y autorise tout à part du spam, des attaques des hackers et de la pornographie enfantine. « WikiLeaks n'est pas original. Plusieurs sociétés  TIC rêvaient d'y installer leurs serveurs pour éviter les restrictions législatives et d'autres », - a raconté à la « Voix de la Russie » Bogdan Vovtchenko, attaché de presse  de la compagnie Groupe-IB qui s'occupe de l'enquête sur des crimes dans le domaine de l'informatique.

    Cette idée n'est pas originale dans le monde des technologies de l'information. A l'époque  la compagnie suédoise The Pirate Bay qui possédait du réseau du partage de fichiers  est devenue célèbre parce qu'elle rêvait  de se cacher  des titulaires des droits d'auteur sur le territoire de l'Etat indépendant.

    Partir dans la mer pour se cacher des poursuites ce n'est pas original. WikiLeaks suit les docteurs Severino Antinori et Panagiotis Michael Zavos qui luttaient pour l'idée de créer des laboratoires flottants pour cloner les être humains. Bogdan Vovtchenko poursuit le sujet.

    Les histoires pareilles se déroulent non seulement dans le monde des technologies de l'information. Il y avait  des chercheurs qui voulaient créer des navires sur lesquels on pourrait cloner des êtres humains dans les eaux neutres. On créait également des casinos flottants.

    Si WikiLeaks  veut éviter les problèmes avec la loi, il ne pourra pas éviter des problèmes techniques. Il est difficile d'assurer le refroidissement permanent  des serveurs puissants à bord du navire. Il sera aussi très compliqué d'assurer une connexion Internet rapide sans avoir son propre point d'échange de trafic. C'est pourquoi cette idée sera plutôt réalisée dans  les actualités des agences d'information et à la une de la presse internationale. 

    Lire aussi:

    Médias: WikiLeaks piraté par des hackers du groupe OurMine, WikiLeaks dément
    Directeur de la CIA: «WikiLeaks est un service de renseignement hostile aux USA»
    Le tribunal de l'information UK reconnaît WikiLeaks comme un média
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik