Ecoutez Radio Sputnik
    Zoltan Dani : j’ai abattu un avion furtif

    Zoltan Dani : j’ai abattu un avion furtif

    Photo: EPA
    Société
    URL courte
    0 53910

    L’opération de l’OTAN contre la Yougoslavie appartient déjà à l’histoire. Pourtant, bien que le potentiel militaire des pays de l’OTAN ayant pris part à l’opération « Ange de la charité » ait été sans commune mesure avec celui de la Yougoslavie, les militaires de ce pays ont quand même réussi à faire quelques mauvaises surprises aux agresseurs. C’était le cas du colonel Zoltan Dani qui commandait la 3ème batterie de la 250ème brigade de DCA qui défendait Belgrade.

    Le 27 mars 1999, il a abattu grâce aux armes russes et à la maîtrise de ses subordonnés  un F-117, appareil qui paraissait invulnérable.

    En 2004, le colonel Dani a donné sa démission pour s’occuper de sa boulangerie et du tourisme agricole. Il a bien voulu faire part de ses souvenirs des événements du 27 mars 1999 dans une interview à la Voix de la Russie

    " Vers 18 heures nous avons reçu l’ordre de faire fonctionner le système. Nous avons vérifié le bon fonctionnement du système de guidage de missiles et du radar et rapporté au commandement que la troisième division était en état d’alerte avancée. Après 20 h,  quand a commencé le raid de l’aviation de l’OTAN, nous avons branché le radar et avons rapidement repéré une cible. Nous avons fait notre rapport aux chefs et demandé l’autorisation de tirer sur cet avion. L’autorisation a été donné à 20 h 41 m et il nous fallu 18 secondes pour l’abattre ".

    Comment avez-vous repéré l’avion furtif?

    " En utlisant le radar russe avec une bande fréquences d’un mète. Pour ce radar la forme de l’avion n’est pas un obstacle pour sa détection. Nous voyions nettement la cible à l’écran, puis, après avoir fait les calculs nécessaires, nous avons décidé de le laisser approcher le plus possible pour réduire au minimum ses chances de tirer un missile anti-radar. Nous avons mis le radar en marche à 15 kms de distance. Les opérateurs du guidage le voyaient à leurs écrans. J’ai toute de suite donné l’ordre de tirer le missile parce que l’avion se trouvait déjà dans la zone balayée. Le missile est parti et n’a pas raté sa cible ".

    Vous avez pu abattre un avion moderne en utilisant le système C-125 Neva qu’i est considèré comme désuet ?

    " Je ne suis par tout à fait d’accord avec vous. La Russie possède des systèmes plus perfectionnés mais c’était la meilleure batterie que nous avions et avons toujours. Le principe de fonctionnement de ce système était assez moderne. Après tout, peu importe de quelle couleur est le chat, il faut qu’il attrappe les souris. C’était notre unique batterie de missiles plus au moins efficace ".   

    Mais vous avez également pu abattre l’avion furtif en grande partie grâce à votre maîtrise, n’est-ce pas ?

    " Toute l’équipe était bien entraînée et prête à remplir la mission. On n’a pas perdu le temps en réflexions parce qu’on avait les automatismes nécessaires ".

    Est-ce qu’il est vrai que vous avez par la suite fait la connaissance du pilote de l’avion F-117 que vous avez abattu?

    " Je peux dire que nous travaillons actuellement sur le projet « La deuxième rencontre ». Ce sera un film documentaire mais je ne peux pas vous dévoiler les détails. Il nous a fallu presque quatre ans pour décider de cette rencontre. Elle s’est passée dans une ambiance spontanée et positive. Nous avons noué des contacts et sommes en rapports depuis. Notre projet est un message de paix. Par ce film nous voulons dire à quel point il est important de préserver la Paix dans le monde et qu’il n’y a rien de plus important que la famille... ".

    Lire aussi:

    Aucun missile ne lui échappe: ce que l'on sait du nouveau radar mobile russe
    «Vous n’en avez jamais entendu parler»: Ce «radar volant» russe qui fascine les experts US
    Guerre électronique: pourquoi les USA ont 15 ans de retard sur la Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik