Ecoutez Radio Sputnik
    L’affaire du tueur de Toulouse: la France divisée

    L’affaire du tueur de Toulouse: la France divisée

    Photo: EPA
    Société
    URL courte
    0 0 0

    La fin du tueur de Toulouse n’a pas manqué de diviser le peuple de France, partout, notamment sur les réseaux sociaux, les gens expriment leur colère, leur incompréhension mais aussi et bien souvent leurs divisions.

    Les uns mettent en cause les décisions des autorités quant à la liberté accordée à Mohammed Merah qui avait été remis à la France par les américains après sa capture en Afghanistan. Les autres en profitent pour s’attaquer à toutes les religions, et en particulier à la religion catholique faisant un raccourci rapide entre religions et intégrismes. Ceux-là sont sans doute les plus agressifs, érigeant en système et en vertu l’athéisme, en oubliant de dire que les pires dictateurs que nous ayons connu, étaient des incroyants patentés.

    En France, les gens perdent la tête, il y a quelques jours une enseignante d’anglais était suspendue pour avoir, devant ses élèves stupéfaits, demandé une minute de silence en faveur du tueur de Toulouse, précisant qu’il s’agissait d’un coup monté par le Président Nicolas Sarkozy. Les syndicats sont intervenus pour nous indiquer qu’il s’agissait d’une pauvre femme, fragilisée et suivie par un psychiatre. Cette dernière déclaration est effarante, et dénote bien de l’état catastrophique où se trouve le système d’Education français qui, osons le dire, est incapable de jouer son rôle. Que fait une personne malade et suivie par un psychiatre dans le corps enseignant français ?

    Et cela ne se limite pas seulement à cet acte irresponsable, samedi dernier, selon l’agence Reuters, une trentaine de jeunes gens, essentiellement de très jeunes filles, par ailleurs voilées, sont venus en pleine rue, sans la moindre intervention des autorités, honorer la mémoire du tueur, une femme portant un voile intégrale haranguant le groupe et la foule. Les jeunes issus de l’immigration semblent particulièrement sensibles à cette infâme propagande, dans le lycée de Rouen où exerçait l’enseignante suspendue, un groupe d’élèves a relayé au proviseur du lycée, une demande de procéder à une minute de silence en mémoire du tueur.

    Il est à craindre, que l’obscurantisme soit déjà profondément implanté dans la société française, d’autant que nous pouvons remarquer que l’incident de l’enseignante, a éclaté dans une ville de province, Rouen, et non pas dans les banlieues sensibles de Paris, de Lyon ou de Marseille. Le venin antirépublicain et antidémocratique est dispersé à travers le pays, et ne peut que choquer la population, alors que la France se plaçait, et se place en donneuse de leçons démocratiques en Lybie et en Syrie. Il apparaît également évident que les nationalistes de l’extrême droite, attiseront le feu et l’attisent déjà, ce que nous pouvons remarquer d’une manière évidente sur tous les supports internet, et les réseaux sociaux. Si les politiques ne prennent pas la mesure du problème, la France de demain pourrait se trouver confronter à des problèmes insolubles et de nouvelles violences.

    Lire aussi:

    Un commerçant tué par arme blanche à Rouen
    Les meilleures universités de Russie
    Un prof français apprend à ses dépens ce que signifie évoquer l'«Azawad» au Mali
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik