Ecoutez Radio Sputnik
    De la bière pour tous... dans les écoles belges !

    De la bière pour tous... dans les écoles belges !

    Photo : RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 25201

    Ce n’est que maintenant, avec un retard de 11 ans, que l’histoire sur le lobby belge de la bière a été dévoilée par les médias mondiaux : on avait tenté de faire de la bière une boisson préférée des enfants de trois à quinze ans.

    Dans une des écoles privées de la ville de Hasselt, en 2001, était lancée une expérience extraordinaire : la limonade était remplacée par la bière à l’initiative des représentants de la compagnie « Amis limbourgeois de la bière » qui assuraient les chefs de l’école que la limonade provoquait l’obésité et le cancer tandis que la bière, elle, était bonne pour la santé et la minceur. Plusieurs écoliers ont pris goût à siroter une bière, mais les parents étaient contre. Heureusement, l’initiative du lobby belge n’a pas abouti, car autrement, elle aurait pu provoquer des conséquences fatales. C’est que l’alcoolisme, surtout celui des enfants, ne peut pratiquement pas être guéri, a dit à La Voix de la Russie Inna Babina, médecin-psychiatre et narcologue de la clinique « Transformation ».

    « Il est très difficile de liquider la dépendance. Plus tôt celle-ci apparait, plus dure elle devient. Le jeune âge est très sensible à l’apparition de la dépendance. Plusieurs facteurs y jouent : l’âge, le fond hormonal pas assez préparé, les problèmes psychologiques fréquents.. ».

    « J’étais très étonnée d’apprendre que la bière pouvait, soi-disant, guérir l’obésité. Elle contient des produits toxiques provoquant des changements dans le système endocrinologique », s’indigne Inna Babina.

    Les recherches effectuées dans plusieurs pays témoignent que l’alcoolisme chronique se développe 3 à 4 fois plus vite si on boit de la bière et non de l’alcool fort. En Europe, à l’en croire le rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé, la situation est triste. En Belgique, la bière reste « la drogue numéro un ». D’après le sondage fait par le centre d’information des associations de consommateurs, deux adolescents belges sur trois ont gouté des boissons alcoolisés à l’âge de 11 ou 12 ans, et tout à fait légalement, pendant un repas en famille. /L

     

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik