Ecoutez Radio Sputnik
    Pussy Riot, une écrivaine suisse nous appelle à la réflexion

    Pussy Riot, une écrivaine suisse nous appelle à la réflexion

    Société
    URL courte
    0 169 0 0

    Hélène Richard-Favre est une écrivaine suisse, vivant à Genève, qui a des attaches anciennes avec la Russie, celle d’hier et celle d’aujourd’hui. Par le biais de son blog, qui a été relayé par La tribune de Genève, elle a donné son opinion sur l’affaire des Pussy Riot. Son avis est intéressant, car il s’agit de celui d’une connaisseuse de la culture et du monde russe, une qualité peu courante en Occident. Elle a accepté de répondre aux questions de La Voix de la Russie.

    Laurent Brayard, La Voix de la Russie : Hélène Richard-Favre bonjour, je vous remercie tout d'abord de répondre à nos questions, vous êtes donc écrivain et vous résidez en Suisse si j'ai bien compris, vous êtes également russophile et vous avez donné un avis tranché sur l'affaire « Pussy Riot », mais avant tout, dites-nous en un peu plus à votre sujet :

    Hélène Richard-Favre : Oui, je suis écrivaine et vis à Genève. J'y ai étudié le russe et connu l'ex-URSS comme étudiante. Depuis 2005, c'est comme écrivain que j'ai été invitée à me rendre en Russie car tous mes recueils de nouvelles ont été traduits en russe et publiés à Moscou. C'est ainsi que j'ai pu mesurer non seulement les changements intervenus depuis l'époque soviétique mais aussi ceux qui se poursuivent d'année en année au sein de la société russe. Cependant, on ne peut se satisfaire d'évaluer la situation de ce pays avec les seuls critères occidentaux. Ainsi doit-on nuancer les appréciations et éviter de tomber dans le cliché ou l'image un peu trop facile et caricaturale. La Russie a une histoire et une culture qui n'ont rien à envier à celles d'autres pays occidentaux. Et cette richesse ne doit pas être occultée par une affaire de punks que certains n'hésitent déjà pas à comparer à d'illustres personnalités du monde artistique ou intellectuel russe. C'est aller un peu vite en besogne et méconnaître soit les unes soit les autres.

    La Voix de la Russie: Hélène, venons-en tout de suite au vif du sujet, vous vivez dans un pays partiellement francophone, qui possède une des rares vraies démocraties européennes, vous avez pris une position contre les Pussy Riot, expliquez-nous pourquoi ?

    Hélène Richard-Favre : Je tiens à préciser avant tout que ma réaction à l'affaire Pussy Riot a surtout consisté à indiquer dans ses grandes lignes le parcours de ce groupe et son lien à celui qui a été fondé en 2007 et qui s'appelle Voïna (guerre). Il m'a aussi paru nécessaire de situer cette affaire dans un contexte plus large que celui de la prestation des Pussy Riot dans la Cathédrale du Christ Sauveur de Moscou. Dès lors, je me permettrai de nuancer votre propos. Je n'ai pas pris position contre les Pussy Riot. J'ai retracé les grandes lignes de leur parcours et invité à réfléchir sur l'accueil que l'on réserverait à ce genre d'actions en Occident. Car les raccourcis empruntés par certains medias plus prompts à stigmatiser la Russie actuelle que de s'interroger sur la portée des prestations de ce groupe m'a laissée songeuse.

    J'ai avant tout réagi à certains propos simplificateurs et réducteurs qui ont accompagné le traitement médiatique de ce dossier en Occident. Dans le déferlement d'articles qui a suivi le procès et son verdict, je n'ai trouvé que bien peu d'appréciations nuancées. Or un tel dossier ne peut s'envisager de manière manichéenne. Il pose de graves questions qui ont trait à l'identité profonde de chacun, croyant ou non et ne se résume pas à l'attaque en règle d'un pays dont n'on a vu remonter à la surface que ses aspects les plus sombres. 

    La Voix de la Russie: Les Pussy Riot comme vous le faites remarquer dans votre blog ont fait de la provocation un système, elles se définissent comme punks mais moi-même étant fan de cette musique, je leur conteste ce « titre », qu'en pensez-vous vous-mêmes, qu'est-ce qui peut bien motiver ces jeunes filles ?

    Hélène Richard-Favre : Il m'est difficile de me prononcer sur leur statut de punk. Par contre, les liens entre le groupe Voïna et Bansky, l'une des figures les plus représentatives du Street art, sont établis. Pour le reste, je connais mal la musique dont vous vous dites vous-même fan, je ne m'estime dès lors pas en mesure d'évaluer la qualité de celle des Pussy Riot. Ce qui frappe, par contre, est la violence de leurs prestations. Elles ont certes déclaré vouloir la guerre, elles l'ont menée et elles en paient désormais le prix. Mon dernier sujet de blog évoque cet aspect de leur action et ses conséquences. http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/08/23/la-guerre.html

    La Voix de la Russie: Le fait que vous soyez une femme, et peut-être une mère, est intéressant, j'aimerais avoir à ce sujet un avis plus intime, celui de votre genre bien que vous ne puissiez y être réduite bien entendu, mais qu'est-ce qui vous choque à ce propos, dans votre essence au sujet des Pussy Riot ?

    Hélène Richard-Favre : Ma réaction a été dictée davantage par la quête du sens des actions de ce groupe de femmes que par un regard de femme porté sur d'autres. Ainsi, les scènes sexuelles filmées dans un musée ou dans un supermarché ne m'ont pas paru relever de l'art. S'exhiber dans des lieux tels qu'un musée ou un supermarché face à une caméra qui filme des scènes de type orgiaque alors que l'une des femmes était enceinte, ne m'a pas semblé dénoter une esthétique à relever. C'est plutôt insulter l'art que l'honorer.

    La Voix de la Russie: En Europe l'affaire des Pussy Riot est instrumentalisée comme un outil de combat pour casser « du curé » comme nous pourrions le dire vulgairement en France, les FEMEN qui nous avaient habitué à autre chose ont réalisé un acte encore plus incroyablement provocateur en sciant un Christ en Ukraine planté là en l'honneur des victimes de Staline, que pensez-vous de cela et de leur appel à la population à s'attaquer aux « églises russes » ?

    Hélène Richard-Favre : L'image de cette femme filmée seins nus en train de scier une croix est un acte outrancier et outrageant. Je ne le conçois pas comme artistique.

    La Voix de la Russie : Peut-être ne le savez-vous pas, mais le groupe Anonymous dans la foulée des professionnels de la provocation ont attaqué et bloqué le site du tribunal de Moscou pendant un certain temps, pour « défendre les Pussy Riot », tandis que Madonna lors de son dernier concert à Moscou a piétiné une croix orthodoxe au talon durant son spectacle en portant une cagoule Pussy Riot, les provocations ne manquent pas, je voudrais savoir comment vous expliquez cette orgie soudaine qui de mon avis propre ne fait que commencer ?

    Hélène Richard-Favre : Vous ne croyez pas si bien dire ! Cet après-midi, un groupe punk a investi la Cathédrale Saint-Pierre de Genève pour manifester son soutien aux Pussy Riot et réclamer leur libération. Il n'y a pas eu de dégâts matériels mais un lieu de culte a été violé. Et à Genève, c'est une première que la Cathédrale le soit. Aucune plainte n'a été déposée. Pour ma part, j'ai réagi par la publication immédiate d'un nouvel article. Le cinquième depuis vendredi, jour du jugement des Pussy Riot. http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/08/24/geneve-punk-a-la-cathedrale.html

    La Voix de la Russie : Dans un de mes propres articles je disais que les Pussy Riot réalisaient là surtout une opération financière de grande envergure pour leur « carrière future », pensez-vous effectivement que leur fortune est faite, via les contrats qui pleuvront sur elles à leur sortie de prison ?

    Hélène Richard-Favre : Je n'ai pas réfléchi à cet aspect. Je me suis plutôt demandé quels étaient les appuis dont bénéficiaient les Pussy Riot pour mener leur guerre au pouvoir en place. Car ce besoin de détruire par la violence physique et symbolique a peut-être rencontré d'autres intérêts que ceux affichés par les Pussy Riot. C'est une question qui se pose et qui mériterait qu'on s'en préoccupe. Ne serait-ce que pour y apporter l'infirmation ou la confirmation du bien-fondé.

    La Voix de la Russie : Vous avez parlé des buts des Pussy Riot, notamment celui d'ébranler l'image de la Russie, dans une guerre de l'information, j'aimerais que vous nous expliquiez pourquoi et qui pourrait y avoir intérêt ?

    Hélène Richard-Favre : La couverture médiatique du procès des Pussy Riot et surtout celle du verdict a relevé de l'inflation. Par ailleurs, lire quelques grands titres de la presse française évoquer le Goulag ou convoquer les ombres de personnalités du passé politique ou culturel russe plutôt que de se borner à rendre compte d'une peine infligée en 2012 à des jeunes provocatrices russes m'a semblé inadapté. C'est ce traitement démesuré d'une information qui méritait un simple relai qui m'a paru n'avoir de raison que celle de refléter le but avoué des Pussy Riot d'attaquer le pouvoir de leur pays.

    Laurent Brayard, La Voix de la Russie : Je vous remercie sincèrement d'avoir donné votre avis et de nous avoir fait partager vos analyses pertinentes et je vous dis merci aussi de nous faire l'honneur de nous suivre sur le site de La Voix de la Russie. Merci à vous Hélène Richard-Favre et à bientôt ! /L

    Lire aussi:

    Saint-Pétersbourg : un partisan du groupe Pussy Riot s'est cousu la bouche
    L’incendie de l’annexe de la Banque de France et l’arrestation de Pavlenski en vidéo
    L’aéroport «le plus inutile au monde» accueille son premier vol régulier
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik