Ecoutez Radio Sputnik
    Les plongeurs russes ont battu un record

    Les plongeurs russes ont battu un record

    Photo : RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 1 0 0

    L’expédition de la Société Géographique Russe est revenue à Moscou après avoir atteint le fond du lac le plus froid du continent. Les membres de l’expédition ont raconté aux journalistes les détails. Début février, les plongeurs russes ont atteint le fond du lac montagneux Labynkyr, situé en Yakoutie, non loin du pôle du froid. Tout en réalisant un objectif scientifique, ils ont établi un record, entré dans le livre Guinness.

    C’était la première descente jusqu’au fond du lac, en plus, en hiver. La tâche des plongeurs consistait dans le prélèvement d'échantillons du sol et de l’eau à des profondeurs différentes pour les transmettre ensuite aux chercheurs de l’institut de Yakoutie. C’est que les lacs en zone des glaces éternelles sont actuellement peu étudiés.

    Avant la plongée, les Russes ont contacté leurs collègues qui avaient déjà établi des records dans les eaux froides. Ceux-ci recommandaient tous de respirer rythmiquement. Mais, au dire du chef de l’expédition Dmitri Chiller, le succès de la plongée semblait peu probable à beaucoup de gens.

    «Tous ceux que nous avons contactés nous prédisaient une vingtaine de minutes dans l’eau glacée, pas plus, dans le meilleur des cas, car il fallait d’abord éviter le choc causé par le froid. Le moment le plus dur, c’était l’entrée dans l’eau et la sortie ».

    La différence de températures de l'ordre de plus de 50 degrés pouvait devenir fatale. Donc, la préparation était longue – six semaines. D’abord, les plongeurs ont travaillé au Tatarstan, ensuite, dans le nord de Russie, dans la région de Vologda. Là, les conditions climatiques sont proches de celles de Yakoutie.

    Les habitants n’aiment pas venir à proximité du lac Labynkyr, redoutant le monstre qui y vit, selon la légende locale. Elle n’est pas née par hasard : le lieu laisse une impression étrange, dit le journaliste de l’expédition Anton Raikhchat.

    « Le sorcier local, le chaman, nous a aidés. Il a effectué un rite spécial. Je vous fais part du mystère qu’il nous a raconté. Il prétend avoir vu les esprits du lac réunis autour qui auraient béni la plongée. Sceptiques ou pas, nous avions besoin d’aide, qu’elle provienne des forces naturelles ou surnaturelles, peu importe.... Il fait moins cinquante degrés là-bas, dans une situation pareille, un certain mysticisme apparait ».

    Il n’est pas exclu qu’un jour, les Russes descendent jusqu’au fond de la discontinuité sismique et dévoilent le mystère de l’un des lieux les plus énigmatiques de la planète. /L

    Lire aussi:

    Assèchement du lac d'Ourmia en Iran: la vie de 14 millions de personnes menacée
    Des biologistes trouvent des millions de lacs d’«eau primitive» au Canada
    Algues toxiques dans les lacs américains: des scientifiques expliquent le phénomène
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik