Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    Des opposants russes attaquent la page Facebook d'Yves Rocher

    Société
    URL courte
    Des accusations contre l'opposition russe (19)
    0 4 0 0

    Des partisans de l'opposant russe Alexeï Navalny ont publié jeudi matin sur la page Facebook de la compagnie française Yves Rocher une série de messages appelant les consommateurs à boycotter les produits du groupe.

    Des partisans de l'opposant russe Alexeï Navalny ont publié jeudi matin sur la page Facebook de la compagnie française Yves Rocher une série de messages appelant les consommateurs à boycotter les produits du groupe.

    Le quotidien russe Novaya gazeta a révélé le 5 février dernier que c'est suite à une plainte déposée par le directeur général d'Yves Rocher en Russie, Bruno Leproux, qu'une procédure pénale pour escroquerie et blanchiment a été engagée contre le blogueur Alexeï Navalny et son frère Oleg.  

    Incités à ce geste par la communauté Facebook "La Russie deviendra libre", qui accuse M.Leproux de dénonciation calomnieuse, les sympathisants des frères Navalny ont qualifié la compagnie française de "complice des répressions politiques".

    Une enquête pénale contre Alexeï et Oleg Navalny a été engagée le 14 décembre dernier. Les frères sont accusés d'avoir détourné et blanchi 55 millions de roubles (1,375 million d'euros) sur une période de quatre ans et demi.

    Il y a quelques années, Alexeï Navalny a créé une société. Son frère Oleg, responsable de la poste russe, a convaincu "par tromperie" la filiale russe de la compagnie Yves Rocher de signer avec cette société un accord pour le transport de colis à des prix très élevés, selon l'enquête.

    Dossier:
    Des accusations contre l'opposition russe (19)

    Lire aussi:

    Le principal opposant de Vladimir Poutine ne fait pas l'unanimité parmi l’opposition
    «50/50 que je finirai tué»: quel est le vrai visage de Navalny, le russe ou l'occidental?
    L'opposant russe Navalny condamné pour appel à un meeting non autorisé
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik