Ecoutez Radio Sputnik
    Beidou : un allié de GLONASS ?

    Beidou : un allié de GLONASS ?

    © Photо: www.tecnomaps.com
    Société
    URL courte
    0 1410

    L'exploitation commerciale et le développement actif du système chinois de navigation Beidou ne présente pas de menace pour le système russe GLONASS, sont persuadés les experts.

    Le système Beidou, développé depuis le début des années 2000 en Chine, a au départ pris du retard par rapport à ses concurrents. Les satellites de première génération de ce système n’étaient pas équipés d’horloges atomiques de haute précision, comme c’est le cas pour GPS ou GLONASS. Et ces satellites n’étaient pas très nombreux. En 2012, leur nombre total est passé à 16, ce qui a permis à Beidou de commencer à fonctionner dans la région Asie-Pacifique. Selon les concepteurs chinois, le nombre de satellites du système sera porté à 30-35 dès 2020 et ce système couvrira ainsi la Terre entière. Le potentiel du système Beidou a reçu une haute estimation de la part des experts, qui supposent que la Chine pourrait même se doter d’un système de navigation complet avant 2020.

    Le premier satellite GLONASS a été mis en orbite en 1982. En décembre 1995, en tout 24 satellites sont devenus fonctionnels. La précision actuelle du système GLONASS représente 2,8 m, alors qu’en 2020, elle devrait atteindre 0,6 mètres. Pour l’instant, le système chinois est en retard de ses concurrents en termes des paramètres techniques. Beidou donne une précision de 10 m à l’intérieur de la Chine et 20 m en dehors de son territoire. Difficile de parler donc de Beidou comme d’un concurrent de GLONASS à l’heure actuelle.

    D’une part, la navigation par satellite permet d'établir une coopération qui s’étend au-delà des frontières des Etats, et d’un autre côté, ce système est accompagné d’un aspect militaire. Cela risque à son tour d’entraver la collaboration des systèmes de navigation entre les différents pays, estime l’expert de Fondation Carnegie Piotr Topytchkanov.

    « Il existe un exemple de coopération fructueuse entre la Russie et l’Inde concernant l’utilisation du système GLONASS. L'Inde a examiné des propositions diverses, notamment l'utilisation du système de navigation américain, mais a finalement opté pour le système russe. Les Indiens craignent que pour des raisons politiques, en cas d’un éventuel désaccord avec les Etats-Unis, le pays pourrait se retrouver privé du système GPS ».

    L'année dernière, Moscou et Pékin ont adopté un nouveau programme de coopération spatial pour les années 2013-2017. Les parties ont convenu notamment de l’interaction dans le domaine des systèmes de navigation par satellite GLONASS et Beidou. Les experts russes doutent d’une véritable fusion entre GLONASS et Beidou. Mais une collaboration technologique dans le domaine de la production des appareils de réception GLONASS/Beidou est tout à fait possible.

    Selon Piotr Topytchkanov, la Russie devrait surveiller de près le développement du système Beidou. Et non seulement sur le plan civil, mais aussi sur le plan militaire. Selon l'expert, la Chine a essayé d’obtenir illégalement à plusieurs reprises les secrets militaires et spatiaux russes, en essayant de copier les élaborations militaires et techniques russes. Cela impose certaines restrictions sur la coopération entre les deux pays dans le domaine de la navigation par satellite.

    Selon les experts russes, le système de navigation chinois Beidou ne présente pas de menace. Il s’agit d’un allié potentiel du système russe GLONASS. « Le monde se dirige vers le développement d’un équipement de navigation multi-système, autant sur les segments du marché professionnel que sur le grand marché de consommation », estime Alexeï Koutsenko, le directeur technique d’une grande société russe spécialisée dans le monitoring par satellite. Selon Koutsenko, plus l’équipement est compatible avec d’autres systèmes de navigation, plus il aura du succès auprès des consommateurs. /L

    Lire aussi:

    La Chine met en service son système de navigation par satellite Beidou
    Un réseau global de stations terrestres GLONASS bientôt déployé dans 30 pays
    La Russie et l'Inde préparent un placement de parité des stations de navigation
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik