Ecoutez Radio Sputnik
    Les pavillons au-dessus de l'Elbrouz

    Les pavillons au-dessus de l'Elbrouz

    Photo : RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 17 0 0

    Il y a 70 ans, le 13 et le 17 février 1943, pendant la bataille pour le Caucase les soldats alpinistes russes ont gravi les deux sommets de l'Elbrouz. Ils ont jeté du sommet les étendards hitlériens qui y avaient été installés par les chasseurs de la 1ère division de montagne de Hitler. Les pavillons nationaux de l'URSS ont été hissés sur les sommets les plus hauts de l'Europe.

    Au printemps 1942 quand Hitler n'a pas réussi de prendre Moscou, il a concentré son attention sur la partie sud du front soviéto-allemand. Une bataille acharnée pour le Caucase a éclaté. Hitler avait l'intention d'atteindre les réserves de pétrole, souligne l'expert de l'Institut de l'histoire mondiale de l'Académie des sciences de Russie Mikhaïl Miagkov.

    Ayant occupé les sources pétrolières du Caucase : Bakou, Grozniï, Hitler pourrait essayer d'épuiser l'adversaire, il pourrait mener une guerre globale prévue pour dix ans à venir. En août-septembre 1942 le groupe d'armées A dirigé par le feld-maréchal List et les troupes roumaines aspiraient à occuper le Caucase. Il avait une unité spéciale qui devait aider les troupes allemandes et roumaines à traverser les cols du Caucase. La lutte pour les cols, pour Malgobek, Mozdok, Vladikavkaz s'est transformée en de « petites Stalingrads » caucasiennes.

    En août 1942 la radio de Berlin a annoncé : « Les pavillons de la grande Allemagne flottent fièrement au-dessus de la plus haute montagne du Caucase. Le symbole de la valeur des armes allemandes a été hissé au sommet de l'Elbrouz par les braves de la 1ère division de montagne ». La propagande de Goebbels a présenté l'événement comme la plus grande victoire et comme la chute de tout le Caucase. Le 4 février 1943 l'unité alpine du groupe opérationnel des troupes soviétiques du front Transcaucasien a reçu l'ordre du commandant, selon lequel elle a dû examiner les bases des anciennes fortifications de l'ennemi à l'Elbrouz, enlever les fanions hitlériens et y hisser les pavillons soviétiques. L'opération a été dirigée par le sportif Alexandre Goussev. Vingt soldats divisés en trois groupes, se sont dirigés vers le but, raconte le spécialiste du musée de l'Institut de la culture physique et du sport Irina Didigouria.

    Il n'avait pas d'uniforme spéciale. Ils avaient juste l'équipement alpin standard: les alpenstocks et les crampons à glace, les douillettes et les mitraillettes. L'escalade a pris quelques jours.

    Ni les chutes de neige, ni le vent glacial n'ont pu empêcher les soldats d'atteindre le but. Le coupole occidental de l'Elbrouz haut de 5642 mètres a été atteint le 13 février. Le sommet oriental de 5421 mètres deux jours plus tard. Les pavillons nationaux de l'URSS ont été hissés sur les deux sommets. Après la fin de la guerre sur plusieurs cols dans la région de l'Elbrouz ont avait érigé les monuments et les obélisques en l'honneur des défenseurs héroïques du Caucase qui y avaient écrasé les tireurs alpin de la 1ère division de montagne de Hitler.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik