Ecoutez Radio Sputnik
    Bataille de Koursk : la lutte des titans lors de la Seconde guerre mondiale

    Bataille de Koursk : la lutte des titans lors de la Seconde guerre mondiale

    © La Voix de la Russie
    Société
    URL courte
    0 54120

    Les vétérans de Grande guerre Patriotique célèbrent ce 22 août un anniversaire particulier. Il y a tout juste 70 ans, le 23 août 1943, la bataille de Koursk qui a duré 49 jours, venait de se terminer. Près de 2 millions de personnes, 6000 chars et 4000 avions ont participé à cette bataille. L’URSS a perdu d’énormes territoires et a subi des pertes énormes. Cela a obligé l'Etat et son armée de se mobiliser et porter un grand coup dévastateur contre l'ennemi sur un saillant entre Koursk et Orel en été 1943. La victoire des forces soviétiques près de Koursk fut cruciale et a provoqué un tournant au cours de la Grande guerre Patriotique et la Seconde Guerre mondiale.

    Le 70e anniversaire de la bataille de Koursk est célébré dans toute la Russie. Ces célébrations ont un statut officiel. Toutefois les historiens sont toujours en train de discuter du fait qui a gagné cette bataille. Du point de vue formel, le champ Prokhorovskoïé était contrôlé par les Allemands. Mais en 1812 le champ de Borodino était est également resté sous le contrôle des Français.

    A la fin de la campagne militaire d'hiver 1942-1943, les troupes d'Hitler étaient en train de « panser leurs plaies » après la bataille de Stalingrad. Et bien qu’au printemps ils ont réussi à porter un coup fort au front du Sud-ouest et reprendre le contrôle de la ville ukrainienne de Kharkov, il n’y a pas si longtemps libérée par les Soviétiques, les Allemands n’étaient pas en mesure de mener une des nouvelles offensives.

    L'Armée Rouge avait besoin de reprendre ses forces et utiliser un nouvel équipement militaire après Stalingrad. Sa mission principale était de se préparer à la campagne d'été. Dans cette situation, il était important de déterminer la direction de l'attaque principale.

    Le plus bénéfique pour les forces fascistes, c’était l'offensive au saillant entre Orel et Koursk, où l'Armée rouge a réussi à repousser la ligne du allemand à 150 kilomètres. Hitler a donné à la future opération le nom de code Zitadelle. Le feld-maréchal von Manstein, le stratège principal de l’armée allemande était chargé de son organisation. D’ailleurs, c’est bien lui qui a appelé la défaite de Koursk d’ « effondrement de la Wehrmacht ». Avec un coup puissant sur les flancs les Allemands devaient parvenir à encercler les troupes soviétiques ce qui leur ouvrirait la voie vers Koursk, puis à nouveau vers Moscou.

    Le Haut commandement de l'Armée rouge est également arrivé à la conclusion que sera la direction de Koursk deviendra principal dans la campagne de l’été. Il était nécessaire de construire des positions défensives, et augmenter les forces et les moyens militaires non seulement pour la défense, mais aussi pour l'offensive – car cette phase était décisive. Toutefois le commandement a commis une nouvelle faute. L'état-major général estimait que le coup principal sera infligé contre le côté Nord, où se trouve le Front central sous la direction du général de l’armée Konstantine Rokossovski. Quant au flanc Sud, dont le général de l’armée Nikolaï Vatoutine du front de Voronej était responsable, il doit jouer un rôle secondaire. À l'arrière, le Front des Steppes de sauvegarde était déployé sous le commandement du colonel-général Ivan Konev.

    Déjà lors des premiers jours de la bataille, qui a commencé le 5 juillet, il s’est avéré que les troupes nazies ont concentré les principales forces dans le Sud. Les composés du Front de Voronej se défendaient de manière ferme, et utilisaient leurs propres forces pendant le regroupement. Mais ils ont été forcés de se retirer à 35 km dans certaines zones. Les Allemands ont augmenté la pression. Le 12 juillet le général Vatoutine a fait entrer dans la bataille la 5e armée blindée du général Rotmistrov. Les divisions blindées de la SS et les troupes soviétiques se sont affrontés lors d’une bataille frontale près du village de Prokhorovka. Plus d'un millier de chars des deux côtés ont pris part à la bataille.

    « Staline craignait que les troupes de Vatoutine cèdent, car elles s’affrontaient contre les troupes d’élite SS Panzer Division « Totenkopf » et « Adolf Hitler », raconte historien de guerre et écrivain originaire de Belgorod Vassili Jourakhov. « Si ses troupes cèdent, le Front des Steppes affrontera les chars. Ce front semblait jouer un double rôle. Il aurait pu résister à une attaque soudaine des Allemands. Vatoutine résisté à cette attaque, et a même réussi à contre-attaquer. En conséquence, les troupes du Front des Steppes ont été jetés pour l’aider. C’étaient des forces nouvelles, avec de nouveaux dispositifs militaires.»

    Résultat de la bataille : les troupes d'Hitler ont commencé à se retirer et ont abandonné les plans d’attaque de Koursk. C’est à ce moment qu’a commencé la principale phase d’offensive de la bataille. Et à Moscou un feu d’artifice a été lancé pour saluer la première victoire de la libération de Belgorod et Kharkov. Pour beaucoup guerriers cet événement fut une surprise.

    « Nous avions la radio dans l’avion, et nous avons attendu l’annonce d’un important communiqué du gouvernement », se souvient le mécanicien d’aviation Nikolaï Sologoub, qui a participé à la bataille de Koursk. « Ils ont répété cette annonce plusieurs fois. Nous avons même pensé à un moment que les Allemands auraient utilisé des gaz toxiques dans la bataille. Mais ce fut l’annonce du commandant suprême de lancer un premier feu d’artifice à Moscou.»

    Depuis la bataille de Koursk, les troupes soviétiques ont gardé l’initiative stratégique. 23 août est considéré comme la date officielle de la fin de la bataille. C’est 49 jours sur les 1418 jours qu’a duré la Grande guerre Patriotique. Par la suite, l'Armée rouge continuait à bombarder l’ennemi sans répit. En septembre, les troupes du Front de Voronej sont arrivés jusqu’à Dniepr et le 6 novembre a été libéré la capitale de l'Ukraine, Kiev, fut libérée.

    A l’occasion de l’anniversaire de la bataille de Koursk, le président de Russie Vladimir Poutine a visité Prokhrovka le 12 juillet 2013. Le 23 août, la visite du premier-ministre russe Dmitri Medvedev est attendue à Koursk. 

    Lire aussi:

    Il y a 75 ans commençait la bataille de Voronej
    Il y a 75 ans, la bataille de Moscou prenait fin
    Mais pourquoi cette station de métro parisien s’appelle-t-elle Stalingrad?
    Des enregistrements inédits d’Adolf Hitler refont surface
    Des membres des forces spéciales russes décorés pour leurs opérations en Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik