Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    Sir Tim Berners-Lee, l'inventeur du web, soutient Edward Snowden

    Société
    URL courte
    0 310

    Si les geeks se demandaient ce que Sir Tim Berners Lee, l’inventeur du web, pensait de l’affaire PRISM et de celui par lequel le scandale est arrivé, Edward Snowden, ils seront rassurés : Sir Tim est du coté de Snowden.

    Invité d’honneur du « Abu Dhabi Media Summit », consacré aux opportunités du monde numérique, il a tenu le mardi 22 octobre, pour l’ouverture de cette conférence à manifester son soutien à Snowden et à condamner en prime l’action de la NSA (National Security Agency) américaine : « Clairement, nous avons tous besoin de protéger notre vie privée quand nous sommes sur le net, même s’il faut aussi équilibrer ce besoin avec celui de notre protection en tant que citoyen. Mais les services secrets américains sont allés bien trop loin, en oubliant que les citoyens ont aussi des droits. Il faudrait que, sauf circonstances absolument exceptionnelles, les utilisateurs d’internet aient le droit de communiquer, sans qu’un organisme puisse intercepter leurs communications », estime Sir Tim Berners-Lee. Pour lui, cela doit passer par la création d’une agence indépendante, qui accorderait le droit d’espionner nos actes aux services secrets et aux polices uniquement quand cela serait absolument justifié. Cela veut donc dire créer un nouveau type de droit international, qui serait garant du droit des citoyens à la protection de leur vie privée.

    Sir Tim Berners-Lee, actuellement professeur à l’université de Southampton, a créé le web. Il avait eu l’idée en mars 1989 de concevoir un système de gestion de l’information, en associant l’hypertexte et l’internet alors embryonnaire. Il a ainsi donné naissance au World Wide Web, une expression qu’il a utilisé à partir de mai 1990.

    Lire aussi:

    Poutine: «Snowden n’est pas un traître»
    Poutine: une gaffe des autorités américaines a sauvé Snowden
    Poutine propose d'accorder l'asile politique à l'ex-chef du FBI
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik