Ecoutez Radio Sputnik
    100 jours avant les JO de Sotchi : les LGBT veulent boycotter les jeux

    100 jours avant les JO de Sotchi : les LGBT veulent boycotter les jeux

    © Collage : La Voix de la Russie
    Société
    URL courte
    0 01

    Les LGBT tentent d’entraver le relai de la flamme olympique des JO d’hiver 2014 de Sotchi en brandissant leurs drapeaux colorés. Une nouvelle manifestation gay s’est déroulée à Saint-Pétersbourg. Des appels à boycotter les JO retentissent également à l’étranger. Par ailleurs, les autorités russes promettent d’assurer la sécurité de tous les participants, quelle que soit leur orientation sexuelle.

    Les activistes LGBT, mécontents de la loi interdisant la propagande homosexuelle auprès des mineurs, tentent d’influencer les autorités russes. Dans ce contexte, les JO qui s’approchent leur servent d’instrument de pression alors que les sportifs russes homosexuels ne soutiennent pas l’idée de boycotter l’Olympiade. Ainsi, ces appels sont des cas isolés et n’émanent pas d’organisations, estime le président de la Fédération russe du sport LGBT Konstantin Yablotski.

    « Les organisations occidentales s’opposent au boycott, ce serait contreproductif. Il y a eu déjà deux boycotts dans l’histoire du mouvement olympique : celui de 1980 à Moscou et celui 1984 à Los Anges. Les sportifs n’ont pas eu la possibilité de participer à ces compétitions depuis 12 ans. Ils ne sont pas responsables de ce qui se passe dans le pays. Chez nous, je vous l’annonce à haute voix, personne ne soutient le boycott. Les organisations internationales non plus. »

    L’idée de ne pas participer les JO 2014 de Sotchi n’est pas populaire chez les politiques homosexuels occidentaux. Or, les homosexuels se sentiront à l’aise à l’Olympiade, a plusieurs fois déclaré Moscou. Le président russe Vladimir Poutine l’a encore une fois confirmé lors de sa rencontre avec le président du Comité international olympique Thomas Bach le 28 octobre.

    « Nous ferons tout notre possible pour que tous les participants et hôtes se sentent à l’aise au JO de Sotchi, quelles que soient leur nationalité, race ou orientation sexuelle.

    Par ailleurs, boycotter l’Olympiade, c’est une forme d’action politique qui n’a rien à voir avec le sport. Les conséquences pourraient être graves pour les différentes parties, estime le vice-président du Centre de communication stratégique Dmitri Abyzov. T


    Lire aussi:

    La Coupe du Monde 2018 n’est pas les JO de Berlin 1936… et son boycott fait un bide
    Des boycotts aux scandales de dopage: ô sport, tu es la paix!
    Malgré la guerre, les jeunes Syriens décrochent des médailles aux Olympiades de sciences
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik