Ecoutez Radio Sputnik
    Edward Snowden et Hans-Christian Ströbele

    Ecoute de Merkel par les USA : Snowden pourrait témoigner

    Photo : EPA
    Société
    URL courte
    0 0 10

    Edward Snowden est prêt à témoigner dans le cadre de l'enquête sur les activités d'espionnage américaines en Allemagne, y compris sur les écoutes du téléphone portable de la chancelière Angela Merkel, a déclaré le député du Bundestag Hans-Christian Ströbele après avoir rencontré l’ex-consultant de la NSA à Moscou.

    Edward Snowden est prêt à faire des dépositions au Parquet général allemand, ainsi qu’aurpès de la Commission parlementaire spéciale. Or, l’enquête où il pourrait témoigner n’est pas encore ouverte, et la Commission parlementaire ne sera créée que lors de la session urgente du Bundestag, le 18 novembre prochain. Par ailleurs, une fois arrivé en Allemagne pour faire ses dépositions, l’ex-consultant de la NSA risque d’être extradé vers les Etats-Unis conformément à l’accord toujours en vigueur entre Washington et Berlin. Un problème qui peut être réglé, estime le vice-président du Centre de modélisation stratégique Grigori Trofimtchouk.

    « Il y a eu des pratiques semblables quand l’enquête était initiée par telle ou telle capitale européenne et que les témoins d’un autre pays n’avaient pas la possibilité de se rendre chez les juges d’instruction en personne. Dans ce cas, les témoins étaient entendus à distance. »

    Par ailleurs, il y a encore un obstacle. Edward Snowden ne rendra pas public les informations sur l’espionnage américain des dirigeants européens car son accord avec les autorités russes le lui interdit, a déclaré son avocat Anatoli Koutcherena.

    De fait, les services secrets des pays alliés se surveillent les uns les autres, ce qui n’étonne pas les spécialistes. Pourtant, lorsqu'une telle information est rendue publique, les hommes politiques sont obligés de réagir afin de garder la face, fait remarquer Pavel Sviatenkov, chercheur au Fonds de la perspective historique.

    « L’activité des services de renseignement et la politique, ce n’est pas la même chose. Lorsque les gouvernements de pays, même si ce sont des alliés américains, apprennent qu’ils ont été espionnés, ils sont de protéger leur réputation aux yeux des électeurs. Dans cette logique, il s’agit de provoquer un scandale, de faire des déclarations sévères à l’égard des Etats-Unis tout en comprenant que c’est inutile et que les écoutes se poursuivront. »

    Si le téléphone de Merkel était bien surveillé, les autorités allemandes pourraient riposter sévèrement, et convoquer l’ambassadeur, envoyer une note, etc. Néanmoins, aucune des parties n’a intérêt à faire scandale, parce que l’Allemagne veut rester un allié des Etats-Unis. Ainsi, si Berlin conserve de bonnes relations avec Washington, les Etats-Unis doivent prendre en considération l’Europe et l’Allemagne dans la manière de mener leur politique extérieure.    N

    Lire aussi:

    «Snowden avait raison»: l’Allemagne espionnait bien pour le compte de Washington
    Snowden révèle sa vérité sur l’espionnage au profit de la Russie
    Poutine: «Snowden n’est pas un traître»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik