Ecoutez Radio Sputnik
    L’Arctique cesse d’être une simple « province »

    L’Arctique cesse d’être une simple « province »

    Photo : RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 10

    Le gouvernement russe reconnaît que l’Arctique se transforme en zone de conflits potentiels. Soucieux d’assurer ses intérêts économiques et géopolitiques dans la région, Moscou a l’intention de perfectionner la structure et l’approvisionnement matériel et technique de ses forces armées. Un volet considérable du programme de développement de la région jusqu’en 2020, est consacré à cette problématique.

    L’importance économique et géopolitique de l’Arctique croît exponentiellement. Cette région recèle d’énormes ressources minérales, d’immenses potentialités militaires stratégiques et possibilités de transport. Pour les principaux états riverains de l’Arctique (Russie, USA, Canada, Norvège et Danemark), la possession de l’Arctique est en train de devenir le gage de la prospérité future. Les leaders de ces pays déclarent que l’Arctique doit devenir un territoire de dialogue et de coopération économique et scientifique. Pourtant, pour que les partenaires de ce dialogue puissent parler « d’égal à égal », ils doivent se fixer sur ce territoire, à la fois économiquement et militairement.

    Vladimir Evséev, directeur du Centre d’études sociales et politiques a évoqué les causes qui poussent les Etats à s’intéresser de plus en plus à cette région :

    « Confrontée à l’épuisement des réserves des minerais fossiles sur le continent, la Russie est obligée de procéder à la mise en valeur du plateau continental et notamment de plusieurs grands gisements de gaz naturel. En outre, l’Arctique se libère progressivement des glaces et devient plus accessible à la navigation. Par conséquent, la Voie maritime du Nord devient de plus en plus sollicitée en sa qualité de route maritime la plus courte reliant l’Europe à l’Asie qui est de surcroît exempte de piraterie. La Russie est vitalement intéressée au développement de cette route de commerce qui passe en majeure partie en territoire russe. »

    Konstantin Sivkov, premier vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques, développe ce thème :

    « Les autres états revendiqueront de plus en plus le contrôle de la région. Il suffit de se rappeler que les États-Unis avaient déjà annoncé que la Route maritime du Nord était une route internationale et que la Russie ne devait pas en revendiquer l’usage exclusif. Par conséquent, Moscou devra y défendre ses intérêts militairement et stratégiquement plus que politiquement et diplomatiquement. C’est que la diplomatie n’est efficace que lorsqu’elle se fonde sur la puissance économique et militaire. »

    Pour prévenir les risques éventuels, les autorités russes se préparent à perfectionner le contrôle de l’espace aérien et maritime et à garantir la dissuasion stratégique. T


    Lire aussi:

    La Chine rend publique sa stratégie en Arctique
    Une guerre très froide: les USA perdraient-ils la confrontation en Arctique?
    La Chine met le cap sur l'Arctique - avec la Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik