Ecoutez Radio Sputnik
    La Russie préoccupée par l’antisémitisme en Ukraine

    La Russie préoccupée par l’antisémitisme en Ukraine

    © Photo : echo-i.org
    Société
    URL courte
    0 11

    La Fédération des communautés juives de Russie a exhorté les autorités ukrainiennes à tout faire pour lutter contre les manifestations d’antisémitisme

    Les personnes, arrivées au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat en Ukraine ferment les yeux sur le développement des tendances nationalistes dans le pays, a déclaré la Fédération des communautés juives de Russie après la récente attaque à main armée contre un rabbin à Kiev. Deux inconnus ont agressé le volontaire de l’organisation secouriste juive Hilel Kohen au moment où il se rendait à l’hôpital pour visiter un patient. Le rabbin a été sévèrement battu et blessé, et les agresseurs ont pris la fuite.

    C’est une manifestation typique d’antisémitisme dans un lieu public, a relevé dans une interview à La Voix de la Russie le porte-parole de la Fédération des communautés juives de Russie, Andreï Glotser.

    « La communauté juive de Russie est inquiète de voir l’antisémitisme se manifester si vivement dans le contexte d’instabilité sociale et politique. Des cas d’attaques contre des Juifs et des synagogues sont enregistrés en Ukraine. Notre communauté espère que de tels incidents ne se transformeront pas en une tendance. »

    L’incident impliquant M. Kohen est loin d’être le premier en Ukraine. Ainsi en janvier à Kiev a été grièvement blessé Dove Ber-Glikman, âgé de 30 ans. Les malfaiteurs l’ont attendu à la sortie de la synagogue, l’ont roué de coups et blessé à plusieurs reprises à l’arme blanche. Quelques jours avant cet incident un ressortissant israélien enseignant dans une école juive de la capitale ukrainienne a été agressé. Au plus fort des événements du Maïdan à Kiev plusieurs attaques ont été perpétrées contre des lieux de culte juif dans différentes villes d’Ukraine.

    En pleine crise politique les états d’esprit ultranationalistes se sont renforcés, a noté Veronika Irina-Kogan, recteure de l’Académie juive Maïmonide.

    « Les problèmes de l’antisémitisme et du hooliganisme ne sont nouveaux aujourd’hui ni pour les spécialistes, ni pour les politiques. Cet épisode qui est lié en général à la situation en Ukraine, ne dépend ni de la nationalité, ni de la confession, ni des vêtements que les gens portent. C’est une tragédie de notre époque. Il ne faut pas accentuer le fait qu’un rabbin a été frappé. De la même façon on voit souffrir de nos jours des orthodoxes et des imams. »

    En même temps des experts internationaux qui fréquentent ces derniers mois l’Ukraine s’efforcent ne pas remarquer de tels incidents. Ils ferment les yeux sur les attaques manifestement racistes, ainsi que sur la croix gammée et des portraits du leader des ultranationalistes ukrainiens du temps de la Seconde Guerre mondiale Stépan Bandera qui sont affichés aujourd’hui partout dans Kiev. T


    Lire aussi:

    Recrudescence inédite de l’antisémitisme au Royaume-Uni
    Canada: des synagogues reçoivent des lettres de menaces
    Antisémitisme: la violence physique cède la place aux agressions en ligne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik