Ecoutez Radio Sputnik
Le renouveau démographique russe confirmé en 2014 ?

Le renouveau démographique russe confirmé en 2014 ?

Photo : RIA Novosti
Société
URL courte
02000

Les lecteurs de La Voix de la Russie savent que la population russe ne baisse plus mais également qu’elle a augmenté de façon inattendue en ce début d’année, avec l’apport migratoire inattendu dû au rattachement de la Crimée à la fédération de Russie, qui permet à la population russe de se hisser à autour de 146 millions d’habitants.

Alors que le dépeuplement de la Russie semblait inévitable à nombre d’experts, ceux-ci sont beaucoup plus discrets sur les évolutions du front démographique que le pays connait ces dernières années. Les années 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013 (voyant une hausse de la natalité et une baisse de la mortalité jusqu’à l’équilibre de 2012, et une hausse naturelle de population de 2013) ont systématiquement été présentées comme des exceptions ou des anomalies par les démographes et analystes du monde entier.

Il semblerait que 2014 en soit une également, ou plutôt qu’elle ne conforte l’idée selon laquelle le redressement de la natalité en Russie ne serait en réalité pas tant une anomalie démographique accidentelle, mais bel et bien une tendance lourde.

Les deux premiers mois de 2014 ont en effet vu 301.512 naissances et 317.939 décès contre 301.903 naissances et 329.315 décès pour les deux premiers mois de 2013, soit une baisse du nombre de naissances de 0,1% (insignifiant), mais surtout une baisse du nombre de décès de 3,5%, pourtant au cœur de l’hiver ou la mortalité est traditionnellement la plus élevée.

Sur les deux premiers mois de 2013, la baisse naturelle de population était de 27.412 habitants contre une baisse de 16.427 habitants pour les deux premiers mois de 2014.

Si ces tendances se maintiennent, il est certain que 2014 verra la meilleure année démographique que la Russie ait connue depuis 1991, lorsque la population avait augmenté naturellement de 103.969 habitants.

Pour parler de tendance lourde sur les 14 derniers mois, le pays a connu 2.202.694 naissances et 2.196.208 décès, soit un excèdent démographique naturel de 6.486 habitants. C’est certes peu, mais c’est une tendance naturelle à la hausse que lui envie la grande majorité des pays d’Europe de l’Est, dont les situations démographiques sont largement plus catastrophiques (Ukraine et pays Baltes en tête) mais étonnamment bien moins médiatisées.

Bien sûr, la crise démographique russe n’est pas réglée et le creux des naissances des années 1995-2005 se fera inévitablement sentir dans un futur proche, lorsque ces classes d’âges seront en âge de se reproduire, soit au vu de l’âge moyen du premier enfant en Russie, autour de 30 ans, ce qui amène à la période 2025-2035.

Cette baisse numérique de la natalité devrait se coupler temporellement avec l’arrivée de la génération actuelle, numériquement nombreuse, vers la fin de vie, ce qui peut laisser imaginer que la mortalité va remonter également. En même temps, cette génération (les trentenaires d’aujourd’hui) devrait vraisemblablement bénéficier des améliorations de niveau de vie global en Russie et donc de la hausse de l’espérance de vie au cours des prochaines années.

Quoi qu’il en soit, les tendances lourdes de la démographie russe pour 2014 semblent bel et bien sur une tendance de hausse de la natalité et de baisse de la mortalité. N

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres