Ecoutez Radio Sputnik
    Un Allemand interpellé pour vol d'objets de déportés au camp d'Auschwitz

    Un Allemand interpellé pour vol d'objets de déportés au camp d'Auschwitz

    © Photo : La Voix de la Russie
    Société
    URL courte
    0 0 0

    Un Allemand de 47 ans a été interpellé sur le site de l'ancien camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau installé par les nazis dans le sud de la Pologne pour vol de plusieurs objets ayant appartenu aux victimes, a indiqué mardi le musée du camp.

    Il a été arrêté lundi soir par les gardes du musée en possession d'une dizaine d'objets, dont une fourchette, un fragment de ciseaux et des bouts de porcelaine déterrés dans la partie où se trouvaient les entrepôts avec les objets personnels confisqués par les nazis aux déportés et surnommée "le Canada", a indiqué le musée.

    "L'homme, qui est un instituteur de Berlin, a expliqué au parquet avoir voulu montrer ces objets à ses élèves qui réalisent un projet d'études sur l'Holocauste", a déclaré à l'AFP le procureur de la ville d'Oswiecim (sud), Mariusz Slomka.

    Il a été libéré "après avoir plaidé coupable et accepté de se soumettre volontairement à une peine de prison avec sursis et une amende", a précisé le procureur.

    Le musée signale régulièrement des cas de vols de toutes sortes d'objets et même de bouts de fils de fer barbelés, par les visiteurs qui tentent de les emporter en souvenir de leur visite à Auschwitz-Birkenau.

    Le vol le plus audacieux fut celui de l'inscription métallique originale "Arbeit macht frei" de l'entrée de ce camp en décembre 2009 et qui a suscité de vives réactions à travers le monde.

    L'instigateur de ce vol, un ancien leader néonazi suédois de 34 ans Anders Högström, fut condamné à 2 ans et 8 mois de prison.

    Désormais c'est une copie qui se trouve à l'entrée du camp, l'original retrouvé en morceaux a été ressoudé et se trouve au musée.

    Un million de Juifs ont trouvé la mort à Auschwitz-Birkenau, camp créé par l'Allemagne nazie en Pologne occupée, ainsi que 70.000 et 75.000 Polonais non juifs, 21.000 Tziganes, 15.000 prisonniers de guerre soviétiques et 10.000 à 15.000 autres prisonniers, dont des résistants, selon les données du musée du camp.

     

    Lire aussi:

    Une descendante de victimes de la Shoah vole des objets à Auschwitz
    Entre scandale et gros malaise: un musée d'Indonésie proposait des selfies avec Adolf...
    De jeunes Juifs de Russie allumeront des bougies à Auschwitz
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik