Ecoutez Radio Sputnik
    Un Russe sur quatre pense que la Russie inspire la peur (sondage)

    Un Russe sur quatre pense que la Russie inspire la peur (sondage)

    © Photo : RIA Novosti/Alexander Vilf
    Société
    URL courte
    0 0 0

    33% des Russes estiment que la Russie suscite l'intérêt à l'étranger, alors que pour 24% des Russes leur pays fait peur aux autres Etats, a annoncé jeudi le Centre russe d'étude de l'opinion publique (VTsIOM).

    Selon les personnes interrogées par le VTsIOM, les étrangers envient (22%) ou respectent (21%) la Russie. 14% des sondés sont persuadés que les citoyens d'autres pays ne font pas confiance à la Russie.

    Par ailleurs, pour certaines personnes, les étrangers admirent (11%) ou éprouvent de la sympathie pour la Russie (10%). Seuls 2% des sondés pensent que d'autres Etats aiment la Russie.

    Priés de préciser ce qui crée l'image d'une Russie forte sur la scène internationale, les personnes interrogées ont cité l'armée et les armements (31%), la politique extérieure et l'influence du président (15%), l'esprit, la culture et les traditions (13%).

    Parmi les facteurs qui influent sur la création de l'image de la Russie, les Russes ont cité l'organisation de grandes compétitions et forums internationaux (42%), les activités des hommes politiques et des diplomates russes (41%), la promotion de la culture russe et de l'Eglise orthodoxe (35%), la participation de l'armée russe aux opérations internationales de maintien de la paix (32%) et la couverture par les médias de la politique nationale (32%).

    Le sondage a été réalisé du 31 mai au 1er juin auprès de 1.600 habitants de 160 villes et villages russes. La marge d'erreur statistique ne dépasse pas 3,4%.

     

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    L’armée russe pourra-t-elle protéger son pays? Les Russes répondent
    Plus de 80% des Ukrainiens qualifient de chaos la situation dans leur pays
    Un sondage montre le niveau de confiance des Russes dans leur armée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik