Ecoutez Radio Sputnik
    Les mystères de l’histoire russe : l’amour secret de la grande-duchesse Olga

    Les mystères de l’histoire russe : l’amour secret de la grande-duchesse Olga

    © Photo : ru.wikipedia.org
    Société
    URL courte
    0 34410

    L’histoire de la monarchie russe est émaillée de mystères, si bien que les sujets ne se doutaient même pas des tragédies qui se dissimulaient derrière les façades des superbes palais. Mais les archives de la famille des tsars, les lettres et les journaux intimes des têtes couronnées, sont devenus accessibles après la Révolution de 1917. Notre récit portera aujourd’hui sur l’amour secret de la grande-duchesse Olga, la fille aînée du dernier empereur russe Nicolas II.

    Les lois de la monarchie déterminaient le sort des filles des tsars qui devaient absolument épouser leurs pairs. Mais les sentiments ne se commandent pas et on voir apparaître à partir de 1911 dans le journal de la grande-duchesse Olga des textes cryptographiés. Ils se rapportaient tous à sa première et sans doute unique amour. Les chercheurs ont fini par retrouver le nom de cet homme. C’était Pavel Voronov, officier du yacht impérial Standart. C’était un homme remarquable à plus d’un titre. Issu d’une noblesse héréditaire et diplômé de l’école des cadets de la Marine, il servait sur le croiseur Amiral Makarov. C’est alors que Voronov s’est retrouvé au cœur des événements que le monde entier suivit. Un puissant tremblement de terre se produisit le 15 décembre 1908 à Sicile. Les éléments déchaînés anéantirent en un clin d’œil la ville de Messine et des dizaines de milliers de ses habitants furent ensevelis sous les décombres. Les marins russes du croiseur Amiral Makarov amarré dans le port de Messine vinrent immédiatement en aide. L’Italie reconnaissante décora de médailles les vaillants marins russes dont Pavel Voronov. Il était un héros aux yeux de la grande-duchesse.

    Voronov plaisait à tout le monde : Nicolas II aimait jouer au tennis avec lui et ses filles aînées préféraient danser avec Pavel. Peu à peu, le lieutenant devint un familier de la famille impériale.

    Un flirt léger était toléré entre les grandes-duchesses et les officiers du yacht mais il y avait une limite que personne ne devait franchir. Et pourtant, la grande-duchesse et le brave lieutenant se passionnèrent pour de bon l’un pour l’autre. Pendant les parties de danse, c’était Olga que Voronov invitait le plus souvent, et celle-ci ne dissimulait pas sa joie chaque fois qu’il la rencontrait. Les familiers et les courtisans remarquèrent que lors du bal organisé sur le Standart à l’occasion du 18e anniversaire de la grande-duchesse, Olga préférait visiblement la société de Pavel. Le journal nous montre comment ce béguin se transforma en besoin de voir son amoureux et de rester tout le temps à côté de lui. Inquiète, l’impératrice Alexandra Fedorovna chercha une solution. On fit comprendre à Voronov qu’il devait se marier et on lui trouva même une fiancée, une jeune fille de la haute société. L’empereur en personne assista au mariage avec toute sa famille. Olga y était également présente, félicitant les jeunes mariés. Elle ne pouvait confier son désespoir qu’à son journal. La meilleure page de sa vie était tournée.

    La Première guerre mondiale devint pour un temps une rude épreuve pour la Russie. Olga, qui aimait toujours son lieutenant, priait pour lui et ne voulait qu’une chose, qu’il restât en vie. De même que les autres filles du Souverain, la grande-duchesse devint une sœur de charité, prodiguant ses soins aux blessés dans les hôpitaux. Mais elle n’était pas au bout de ses peines. La révolution qui éclata en 1917 balaya l’État et la monarchie. A l’âge de 23 ans, la grande-duchesse Olga Nikolaevna fut fusillée avec toute sa famille à Ekaterinbourg dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918. Toute la famille martyre fut canonisée en l’an 2000. Pavel Voronov survécut dans cet enfer sans jamais transiger avec l’honneur d’officier russe. Pendant la guerre civile, il se battu contre les bolcheviks dans les rangs de la Garde Blanche et lorsque sa défaite devint imminente, il émigra à Istanbul avec les reliquats de la Garde Blanche. De Turquie, Pavel Voronov passa aux États-Unis où il décéda en 1964 à l’âge de 78 ans. Il fut enterré au cimetière du monastère russe du lieu-dit de Jordanville de l’État de New York. Sa tombe est garnie d’icônes de la martyre Olga, qu’il n’eu de cesse d’aimer pendant toute sa longue vie. /N

    Pavel Voronov et la grande-duchesse Olga : les photos

    Lire aussi:

    Inspirée par Monet et Van Gogh, cette confiseuse russe fait des gâteaux-miroirs parfaits
    Elle joue les chiffres qu'elle a vus en rêve et gagne 4 M EUR
    Le dialogue Russie-Otan reprend après deux ans de gel
    La «modernisation à grande échelle des forces armées russes» inquiète l'Otan
    Quand la beauté de ces femmes reprend des couleurs
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik