Ecoutez Radio Sputnik
    Laissez chaque culture croître naturellement

    Laissez chaque culture croître naturellement

    © Photo : RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 10

    Après la publication de l'article « Comment réaménager notre Russie ?» Sviatoslav Karavanski, détenu ukrainien du GOULAG, a écrit une « Lettre ouverte à Alexandre Soljenitsyne » publiée par le journal Rousskaïa mysl le 19.10.1990. La réponse d'Alexandre Soljenitsyne à Sviatoslav Karavanski a été publié par la Rousskaïa mysl le 02.11.1990.

    Cher Sviatoslav Iossifovitch !

    Je vous tiens en haut estime pour tout ce que vous avez enduré et pour votre fermeté dans vos épreuves, je suis heureux d'entendre votre voix douce tandis que vos compatriotes, depuis la tribune du Soviet suprême de l'URSS jusqu'aux journaux lointains des émigrés, n'ont tiré qu'une seule conclusion de mon article, à savoir que je suis un chauviniste grand-russe, un colonialiste, un valet de la tyrannie et un suppôt de l'impérialisme (Gomin Oukraïny, 10.10.90). Cette surdité préméditée et la mauvaise conscience surprennent et inquiètent : que veulent-ils cacher par ce rugissement ?

    Quant à vous, je peux vous parler avec l'espoir de trouver la compéhension qu'ils m'ont refusée.

    On pourrait répondre d'une façon diffuse à vos arguments historiques, à commencer par la participation à la défense contre l'invasion tatare (si la Russie rouge n'est pas considérée comme la Russie), mais eux tous sont tout à fait rétorqués par l'argument le plus probant que vous n'avancez même pas tant il est évident : si les cœurs des Ukrainiens aspirent aujourd'hui à la séparation, alors il n'y a rien à disputer. Ce mouvement des cœurs suffit : c'est ce que j'ai dit dans mon article. J'ai encore écrit à ce même propos dans l'Archipel (partie V, chapitre 2), de cette façon mon discours actuel n'est point « sans précédent ». Cependant vous aussi, vous n'avez pas remarqué que je ne mets pas en doute la séparation de l'Ukraine si une telle envie existe...

    Mais je parle d'une Ukraine véritable.

    A présent, alors que les statues de Lénine sont déboulonnées dans l'Ukraine occidentale (ce que je salue entièrement), pourquoi les Ukrainiens de l'Ouest désirent plus que tous les autres que l'Ukraine ait les frontières léniniennes, celles qui lui ont été données par le tsar Lénine qui avait tâché d'apaiser l'Ukraine après l'avoir privée de son indépendance en lui rattachant la Nouvelle Russie, le Donbass (détacher le bassin du Donets des influnces contre-révolutionnaires du Don) et des régions importantes de l'Ukraine de la rive gauche qui n'ont jamais été ukrainiennes. (Khrouchtchev a offert en plus la Crimée). Pourquoi maintenant les nationalistes ukrainiens prennent-ils fait et cause pour ces frontières léniniennes « sacrées » ?

    J'ai écrit dans mon article (il paraît que personne ne l'a lu) : « Si le peuple ukrainien veut en effet se détacher, personne ne devra certes le retenir par la force. Mais ce pays étendu est très varié et seule la population locale peut décider du sort de son territoire et de sa région ». Est-ce pour ceci que j'ai été surnommé suppôt de l'impérialisme ? Dans cet ordre d'idées, les gens qui interdisent l'expression de la volonté populaire et en ont peur sont des démocrates et des champions de la liberté ?

    Dans cette ambiance enragée on ne peut pas discuter la question d'une complexité immense étant donné que nos deux peuples se sont unis dans des millions de familles et sur des centaines de territoires.

    Vous avez avancé un autre argument qui m'a beaucoup surpris : le choix de la langue des enfants ne doit pas être un « caprice des parents », c'est le gouvernement de la république qui doit décider. L'argument est étonnant. Voulez-vous dire que le choix de la foi chrétienne, le baptême ne doivent pas être non plus le « caprice des parents » et qu'il faut attendre les instructions de l'Etat ? Vous avez écrit : « Les non-Ukrainiens sont libres de leur choix ». Alors les Ukrainiens ne sont pas libres de leur choix. Alors, la violence de nouveau ?

    Non, il ne faut pas de diktat, laissez chaque culture croître naturellement. TG

    En Russie le texte a été publié pour la première fois par la revue Zvezda, 1993, 12

    La prophétie de Soljenitsyne sur la question russo-ukrainienne

    Discours aux Ukrainiens et aux Biélorusses

    Lire aussi:

    Des sous-marins russes «à l’assaut de l’Ukraine»? Moscou réagit
    Le chef de la diplomatie ukrainienne s’endort pendant le discours de Porochenko à l’Onu
    Donbass: «au lieu de colombes de la paix, Kiev envoie des faucons de la guerre»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik