Ecoutez Radio Sputnik
Les événements en Ukraine me causent de la douleur et de l'amertume

Les événements en Ukraine me causent de la douleur et de l'amertume

Photo: RIA Novosti
Société
URL courte
02100

Extrait d'un entretien accordé à Vitali Tretiakov pour l'hebdomadaire Les Nouvelles de Moscou (28.04/04.05.2006)

V.T. : Je pense que si les trois principaux acteurs de la civilisation euro-atlantique (chrétienne) à savoir l'Union Nord-américaine, l'Union européenne et l'Union Est-européenne (Russe) (en d'autres termes les Etats-Unis d'Amérique, les Etats-Unis d'Europe et les Etats-Unis de Russie) ne concluent pas une alliance stratégique entre eux (avec des organes supranationaux), notre civilisation disparaîtra tôt ou tard. En quoi consiste selon vous le salut de la civilisation euro-atlantique si elle en a besoin ?

A.S. : Hélas. Le processus politique mondial ne suit pas la direction que vous souhaitez. Les Etats-Unis déploient leurs troupes d'occupation dans un pays après l'autre. Telle est la situation réelle en Bosnie depuis 9 ans, au Kosovo et en Afghanistan depuis 5 ans. En Irak il s'agit en attendant de 3 ans, mais là la situation s'éternisera. Les actions de l'OTAN et celles des Etats-Unis diffèrent peu. Consciente du fait que la Russie actuelle ne présente aucune menace, l'OTAN développe de façon méthodique et avec persévérance son appareil de guerre : vers l'Est de l'Europe et vers les frontières terrestres de la Russie par le Sud. Nous constatons le soutien idéologique et matériel ouvert des révolutions de couleur et la pénétration paradoxale des intérêts nord-atlantiques en Asie centrale. Il ne fait pas de doute que l'encerclement total de la Russie est préparé et doit précéder sa perte de souveraineté. Non, l'adhésion de la Russie à une telle alliance euro-atlantique qui fait la propagande de l'idéologie et des formes de la démocratie occidentale moderne et les impose par la force dans différentes parties de la planète ne conduira pas à l'extension de la civilisation chrétienne. Au contraire, elle conduira à son déclin.

V.T.: Quelle est votre attitude envers les événements en Ukraine ? Envers le problème de la division de la nation russe ? La Russie doit-elle, au moins intellectuellement, si ce n'est politiquement, poser la question de la réunification des Russes et des terres russes face à l'activité de l'élite ukrainienne qui conduit l'Ukraine dans l'Union européenne et surtout dans l'OTAN ?

A.S. : Ce qui se passe en Ukraine depuis la fallacieuse formulation de la question posée au référendum de 1991 (je me suis déjà exprimé à ce propos) ne cesse pas de me causer de la douleur et de l'amertume. La répression fanatique et les persécutions de la langue russe (reconnue comme langue maternelle par plus de 60% de la population de l'Ukraine dans les sondages précédents) est une mesure tout à fait sauvage dirigée contre la perspective culturelle de l'Ukraine. Les étendues immenses qui n'ont jamais appartenu à l'Ukraine historique notamment la Nouvelle Russie, la Crimée et l'ensemble du sud-est ont été insérées d'autorité dans l'Etat ukrainien moderne et dans sa politique débordant de la volonté d'adhérer à l'OTAN. A l'époque d'Eltsine, aucune de ses rencontres avec les présidents ukrainiens ne s'est passée de capitulations et de concessions de sa part. L'évincement de la Flotte de la mer Noire de Sébastopol (qui n'a jamais été cédé à l'Ukraine même sous Khrouchtchev) est une insulte grossière et obscène à toute l'histoire russe du XIX et du XX siècles.

Quoique qu'il en soit, la Russie n'a pas nul droit de trahir indifféremment des millions de Russes en Ukraine et de renoncer à notre unité avec eux. /TG

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres