Ecoutez Radio Sputnik
    Wojciech Pomorski, la maman d'Alisha Stewart avec la photo d'Alisha

    Comment l’Allemagne retire des enfants à leurs familles

    © Photo : Wojciech Pomorski
    Société
    URL courte
    104
    S'abonner

    Wojciech Pomorski est le président et fondateur de l'Association des parents contre la discrimination des enfants en Allemagne. Wojciech Pomorski, qui est connu en Pologne pour écrémer les plateaux de télévision sur la question du Jugendamt, a tenu une conférence de presse en Pologne le 12 août 2014 sur le cas Alisha Stewart, une adolescente de 14 ans de nationalité américaine, qui a fui avec sa famille l'Allemagne et le Jugendamt pour trouver refuge en Pologne. Wojciech Pomorski, qui a étudié l'allemand pour devenir enseignant, a été confronté à partir de 2003 à la « germanisation de ses deux petites filles » où le Jugendamt de Hambourg lui a interdit par écrit de parler en polonais lors des visites avec ses deux filles, une interdiction qui a tétanisé la société polonaise en rappelant les moments les plus terribles de l'Histoire de la Pologne, lorsque le Lebensborn traquait les jolis enfants.

    Le pouvoir du Jugendamt, qui intervient sur tous les secteurs de la vie privée des familles, de la petite enfance aux personnes âgées, comme sur les cas des parents ou des enfants refusant les cours sur le Gender à l'école, confirme avec le cas Alisha son pouvoir d'action en dehors de l'Allemagne et l'action destructrice de la politique familiale d'un pays qui décide de l'avenir de l'Europe. En Allemagne, 100 enfants par jour sont retirés par l'emploi de la force à leurs parents. Wojciech Pomorski parle de l'industrie du rapt légalisé des enfants et nous explique que les familles vivant en Allemagne et cherchant un refuge en Pologne ne font qu'augmenter. « Ces familles vivent dans la peur et dans la psychose », dit Wojciech Pomorski, qui récolte les appels à l'aide des familles vivant en Allemagne. Pomorski nous parle du cas Alisha Stewart et de l'évolution actuelle du Jugendamt. Pour lui, les responsables politiques et la société civile doivent agir à l’égard du Jugendamt qui intervient comme au supermarché dans les pays voisins pour faire, selon Pomorski, « du trafic légal d'enfants. ». Interview.

    VDLR : Votre conférence de presse sur le cas Alisha Stewart a eu beaucoup d'échos dans les médias polonais. Attendez-vous une aide du gouvernement polonais ?

    Wojciech Pomorski : Le gouvernement actuel du Premier ministre Donald Tusk avec Radosław Sikorski, ministre des Affaires étrangères, qui hélas depuis 2007 sont au pouvoir, des enthousiastes de l'Allemagne, ne font rien. Le gouvernement de Jarosław Kaczyński et le parti PiS nous a soutenus dans notre combat contre le Jugendamt. La constitution du gouvernement actuel est caractérisée par une totale soumission à l'Allemagne et par une indifférence envers les violations des droits fondamentaux constatées en Allemagne et en Autriche avec le Jugendamt sur les citoyens polonais. Notre organisation aide les victimes.

    VDLR : Pourquoi Alisha Stewart a-t-elle été séparée de ses parents ?

    W.P. : Alisha Stewart a été retirée à ses parents car elle aurait manqué l'école 4 jours sans la présentation d'une attestation médicale. L'administration scolaire en Allemagne a soutenu que les parents avaient menti. Je pourrais vous citer un grand nombre de raisons les plus idiotes les unes des autres qui permettent au Jugendamt de retirer un enfant d'une famille. Le Jugendamt gagne 9000 euros par enfant ! C'est un marché bien huilé.

    VDLR : Alisha Stewart, 14 ans, s'est enfuie le 3 mars 2014 du Jugendamt pour rejoindre sa mère. Que dit Alisha Stewart sur la vie dans le Jugendamt ?

    W.P. : L'adolescente a été retirée à ses parents par l'emploi de la violence par des fonctionnaires du Jugendamt qui l'ont détenue comme dans un orphelinat, comme dans une prison. Elle a vécu des cauchemars les uns après les autres. Durant sa détention dans l'orphelinat elle a eu l'interdiction de contacter ses parents. Même les paquets venant de ses parents ne lui ont pas été donnés. Alisha a été témoin d'une tentative de suicide d'un enfant. Alisha nous a expliqué que les éducateurs l'ont obligée à boire un liquide qui l'a rendu inconsciente. Elle a rencontré d'autres enfants polonais qui ont été séparés de leurs parents.

    VDLR : Comment a-t-elle organisé son évasion ?

    W.P. : Alisha a derrière elle six tentatives d'évasion. La dernière tentative fut la bonne où elle a réussi, après avoir rejoint sa mère, à partir en Pologne. Alisha a malheureusement été de nouveau enlevée au début du mois d'août par la police, par l'emploi de la violence. La police polonaise n'a pas révélé où Alisha a été transportée. Même son avocat n'a pas pu le savoir, ce qui est une violation fondamentale du droit. La mère d'Alisha qui se trouvait enceinte de trois mois a été jetée à terre par la police, provoquant un choc traumatisant qui lui a fait perdre son enfant. La responsabilité revient à ces collaborateurs de l'actuel gouvernement de Donald Tusk qui obéissent aveuglément aux souhaits du Jugendamt.

    VDLR : Où vit aujourd'hui Alisha Stewart et comment va-t-elle ?

    W.P. : Personne ne peut dire où se trouve Alisha aujourd'hui depuis l'intervention de la police polonaise au début du mois d'août, commanditée par le Jugendamt. Sa mère, sa grand-mère et l'avocat ne savent rien.

    VDLR : Combien de familles veulent quitter chaque année l'Allemagne ?

    W.P. : Le nombre des candidats à l'exil augmente. Je connais actuellement 16 familles qui ont quitté l'Allemagne l'année dernière et qui vivent de manière heureuse en Pologne. Je connais trois autres familles qui vivent dans d'autres pays comme en Iran et qui sont heureuses. Il y a un grand nombre de familles qui souhaitent quitter l'Allemagne mais qui n'ont pas encore pu le faire pour diverses raisons./N

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik