Ecoutez Radio Sputnik
Vladimir Poutine, l’homme qui a redonné la fierté aux Russes et de l’espoir à l’humanité

Vladimir Poutine, l’homme qui a redonné la fierté aux Russes et de l’espoir à l’humanité

© Photo : RIA Novosti/Michael Klimentyev
Société
URL courte
010210

Le président russe vient d’avoir 62 ans. Il faut le dire, l’anniversaire d’assez peu d’hommes politiques suscite un enthousiasme aussi important, et pas seulement dans le pays concerné mais également à différents endroits de la Terre. Retour sur les raisons d’une telle popularité.

En parlant de notre société russe, puisque c’est d’elle dont il s’agit en premier lieu, il faut aborder l’aspect de la reconnaissance pour ce qui a été fait, et ce depuis 1999. Effectivement, avant le début du nouveau millénaire, l’avenir paraissait bien obscur pour la très grande majorité des citoyens russes (bizarrement l’Occident politique, lui, affirmait que tout allait « parfaitement bien » pour nous). Depuis l’arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir, bien des choses ont changé. Aujourd’hui, plus de 85% de la population russe fait confiance à son président (tout en ayant parallèlement l’Occident qui crie à corps et âme qu’elle ne devrait pas). Mais rien n’y fait, les Russes sont très globalement imperturbables aux provocations extérieures.

Petit rappel de la réalité des années que les politiciens occidentaux surnomment comme étant les « meilleures » de la Russie. Les revenus de la plupart des citoyens russes courant 1990-2000 étaient tout simplement médiocres et humiliants. Parallèlement, un groupe limité de personnages criminels s’est enrichi en un temps record, avec la sympathie des leaders occidentaux, en s’accaparant les ressources d’un énorme pays, le tout aux dépens de l’écrasante majorité de leurs concitoyens, et ont rejoint la liste des plus grands milliardaires mondiaux.

Depuis, les choses ont radicalement évolué. En l’espace de dix ans (2000 à 2010), les salaires moyens ont été multipliés par dix. Les retraites ont augmenté. De même que d’autres avantages sociaux. Comme par exemple, l’allocation fédérale mise en place pour stimuler la natalité, portant le nom de « Materinskiy kapital »(le « capital maternel »), destiné à offrir l’équivalent de pratiquement 10 000 euros en faveur des familles russes pour chaque naissance ou adoption à partir du deuxième enfant. Ce capital peut être utilisé par le foyer pour divers buts : éducation des enfants, ou comme une partie du montant nécessaire à l’achat immobilier, voire pour la construction ou la rénovation de l’habitat… Un vrai coup de pouce pour grand nombre de familles russes, surtout les jeunes couples.

Sur le plan international, la Russie a tout simplement retrouvé entièrement la place qui est la sienne. La Russie est de nouveau l’un des acteurs majeurs dans la résolution des principales affaires internationales. La victoire diplomatique russe en Syrie a confirmé la naissance officielle du monde multipolaire (que certains refusent encore d’accepter en intégralité). Cette victoire diplomatique avait empêché une attaque occidentale contre les forces gouvernementales syriennes, bien qu’aujourd’hui ce risque soit toujours d’actualité, à l’heure où les USA & satellites bombardent leurs récents alliés (le pseudo Etat islamique). Le soutien de Poutine à la volonté des habitants de Crimée de retourner au sein de la mère patrie après le coup d’Etat néofasciste dans l’Ukraine voisine, a définitivement renforcé le sentiment de confiance en leur Etat de la part des citoyens russes. Sans oublier la lutte avec succès contre toutes les formes d’extrémisme en Russie, qu’il soit ethnique, racial ou religieux, cimentant ainsi plus que jamais le concept d’une grande Russie multiethnique et multiconfessionnelle.

Mais il ne faut pas oublier que la popularité du leader russe dépasse de loin les frontières de la Russie. Sa côte de popularité est énorme au sein des autres pays de l’ex-URSS. Il est très populaire au sein des nations BRICS autres que la Russie (Chine, Inde, Brésil, Afrique du Sud). Il a également un très grand nombre de supporters dans les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Fait surprenant et fort « désagréable » pour ceux qui tentent de diaboliser constamment le leader russe (en l’occurrence l’élite politique et le mainstream médiatique de l’Occident), il est malgré tout également fort populaire au sein de cet Occident. En premier lieu en Europe. Mais même l’Amérique du Nord ou encore l’Australie comptent grand nombre de ses fans. Cette popularité en dehors des frontières russes a ses raisons. Non seulement cela est dû au fait que beaucoup associent Poutine à un homme fort, capable de défendre avec ardeur les intérêts de son pays et du monde multipolaire, mais il y a également une autre raison tout aussi importante. Celle selon laquelle Poutine intervient désormais presque officiellement en tant que principal faiseur de paix de la planète. Alors que les gouvernements occidentaux, dont bien sûr en premier lieu les USA et leur bras droit, l’OTAN, bombardent les nations aux quatre coins du monde depuis des décennies, le tout au nom de la « paix », de la « démocratie » et des interventions dites « humanitaires », Vladimir Poutine a prouvé que c’est seulement en stoppant ce genre de comportements que l’humanité pourrait alors mieux respirer. Il a également démontré qu’une autre voie de résolution des conflits internationaux est possible, tout en poursuivant avec succès la lutte contre le terrorisme et toute forme d’extrémisme.

Depuis plusieurs années, Poutine est considéré comme étant le plus influent des politiciens planétaires, y compris même par les plus grands médias occidentaux. Mais le principal est et restera le fait que Poutine a relevé son pays, rendant la fierté et la dignité à son peuple. En 1999, la Russie était tout simplement encore à genoux. En 2014, la Russie est de nouveau l’une des principales puissances mondiales. Les Russes vivent incroyablement mieux et même les plus grands des sceptiques le reconnaissent. Plus globalement, l’humanité a retrouvé l’espoir qu’un groupe limité de pays « auto-élus » faisant la « loi » partout sans exception, ne se permettront plus d’agir de la sorte, ou du moins devront rendre désormais des comptes s’ils poursuivent leurs crimes à l’égard des nations du monde entier. /N

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik