Ecoutez Radio Sputnik
    Ebola: les personnels de santé menacent de se désagréger sous le choc

    Ebola: les personnels de santé menacent de se désagréger sous le choc

    © Photo: REUTERS/Christopher Black/WHO/Handout via Reuters
    Société
    URL courte
    0 01
    S'abonner

    Débordés, sous-équipés, formés à la hâte, mal payés, parfois stigmatisés: en première ligne face à l'épidémie d'Ebola, les personnels de santé menacent de se désagréger sous le choc, comme le révèle le mouvement de grève au Liberia, pays le plus touché, indique l'AFP.

    "Nous sommes convaincus que le peuple libérien et le monde ont entendu nos cris", a affirmé mardi le secrétaire général du syndicat du secteur, George Williams, annonçant la levée du mot d'ordre de grève nationale, au second jour du mouvement. Il a dénoncé "la négligence, la tromperie et les menaces" des autorités.

    Alphonso Wesseh, un représentant du personnel de la clinique Island, à Monrovia, au départ la semaine dernière du mouvement, pour des revendications salariales, a décrit des conditions de travail "pas humaines".

    "Un de nos collègues est mort parce qu'il a été mordu par un patient qui voulait violer une malade", a-t-il affirmé. "Nous sommes dans une situation infernale, donc nous devons être indemnisés en conséquence".

    Le bureau de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Liberia avait appelé les personnels de santé à "poursuivre leur travail", mettant en garde contre "des risques d'erreur plus élevés" en raison de la réduction du nombre de soignants à cause de la grève.

    Le directeur adjoint de l'OMS Bruce Aylward a jugé mardi légitimes les revendications des personnels de santé, qui "doivent recevoir un salaire, une prime de risque, et souvent aussi une assurance", tout en reconnaissant "très difficile de mettre cela en place" pour des pays manquant déjà de tout.

    Débordée dès son ouverture le 21 septembre, la clinique Island, administrée par l'OMS, illustre bien le dénuement médical du Liberia.

    Sa directrice ougandaise, le Dr Anne Atai Omoruto, y forme, avec son équipe de 12 médecins et infirmiers de son pays, le personnel local, afin qu'il puisse prendre le relais, comme elle l'a déjà fait à l'hôpital JFK, le principal établissement de Monrovia.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik