Ecoutez Radio Sputnik
    Les mystères de l’histoire russe : Il s’appelait Delmar

    Les mystères de l’histoire russe : Il s’appelait Delmar

    Photo : RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 10
    S'abonner

    En 2007, le renseignement russe a déclassifié le nom d’un de ses meilleurs agents secrets. C’était George Koval qui opérait sous le pseudonyme de Delmar.

    Au milieu des années 1940, il avait réussi à s’infiltrer dans le laboratoire secret américain qui travaillait sur l’arme nucléaire et a pu avoir accès aux technologies de production de la bombe atomique. Les renseignements qu’il faisait passer à Moscou n’avaient pas de prix. Ils ont permis aux scientifiques soviétiques de créer dans les plus brefs délais leur propre bombe atomique en mettant ainsi l’URSS à l’abri de la menace nucléaire américaine.

    C’est encore avant la Première guerre mondiale que la famille de Koval avait émigré aux États-Unis mais le chômage et la crise économique des années 1930 l’ont poussée à retourner dans un pays nouveau qui était l’URSS George Koval entre a l’École des technologies chimiques de Moscou dont il sort diplômé en 1939. Le chimiste de talent parlant anglais comme sa langue maternelle est remarqué par le renseignement soviétique et un an plus tard, en 1940, l’agent Delmar est infiltré aux États-Unis. Il parvient à obtenir une place au centre nucléaire super secret d’Oak Ridge et le jeune spécialiste doué monte rapidement les marches de l’échelle hiérarchique. La valeur des renseignements qu’il transmet à Moscou grandit en conséquence.

    Soucieux de préserver le secret, les services spéciaux américains surveillaient en permanence les collaborateurs du « projet atomique ». Ils lisaient leur correspondance et mettaient sur écoute leurs téléphones et logements. Tous n’arrivaient pas à supporter ce stress psychologique. Un officier américain s’est soudain mis à parler du travail sur la bombe atomique alors qu’il voyageait dans le wagon bondé d’un train. Il a été arrêté par des agents du service de contre-espionnage mais on n’a pas tardé à apprendre qu’il était tout simplement devenu fou et ne pouvait plus se contrôler.

    Pourtant, même dans les conditions aussi difficiles l’agent Delmar parvenait non seulement à garder toute sa lucidité mais encore à transmettre à Moscou des renseignements précieux sur les secrets américains. Il avait notamment su localiser plusieurs sites atomiques importants et se documenter sur leurs effectifs et les quantités d’uranium enrichi qu’ils produisaient. Delmar a continué à travailler jusqu’à 1948. Les agents du FBI ont finalement réussi à dépister l’agent secret soviétique mais n’ont pas pu se saisir de lui parce que l’agent précieux avait été exfiltré et transféré à temps en URSS.

    Les premiers essais de la bombe atomique soviétique ont eu lieu le 29 août 1949 sur le site de Semipalatinsk. Cette explosion a produit un effet de choc sur les Américains dont le monopole des armes nucléaires était perdu tout jamais dans une grande mesure grâce à l’agent secret soviétique George Koval. De retour en URSS, Koval s’est mis à nouveau à travailler à l’École des technologies chimiques. Il y enseignait et faisait des recherches. Les étudiants et les enseignants considéraient George Koval comme un excellent pédagogue et un scientifique de talent mais personne ne se doutait de son talent d’agent de renseignement. Une partie de la vérité n’a été révélée que de nos jours mais George Koval refusait de parler du passé. « Je préfère que l’histoire se compose de plus de taches blanches que de pages noires », avait-il dit un jour.

    L’agent Delmar alias George Koval est décédé à Moscou le 31 janvier 2006 à l’âge vénérable de 93 ans. Un an plus tard, le président Poutine lui attribuait le titre de Héros de la Russie à titre posthume. On appelait George Koval l’agent de renseignement le plus chanceux du XXe siècle.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik