Ecoutez Radio Sputnik
    Quatre faits peu connus sur le mausolée de Lénine

    Quatre faits peu connus sur le mausolée de Lénine

    Photo : RIA Novosti
    Société
    URL courte
    262

    Le mausolée de Lénine est sans doute l'édifice le plus emblématique et populaire de l'histoire soviétique. La Voix de la Russie voudrait évoquer pour ses lecteurs quatre faits peu connus mais intéressants relatifs au passé de cette construction unique située sur la place Rouge.

    Concours populaire pour le projet du mausolée

    En 1924, un concours populaire pour le projet du mausolée a été annoncé pour que chacun puisse exposer sa vision du monument funéraire.

    Sa forme actuelle n'était pas la seule proposée au jury : ainsi, selon le spécialiste de Moscou Denis Romodine, il y a eu des versions avec le cube et la pyramide :

    « Il y avait le projet d'un petit obélisque avec un gazon accosté par un petit bateau. Un autre présentait une tour cylindrique haute comme la tour Spasskaïa. Il y avait le projet d'une grotte romantique dans un rocher qu'il fallait escalader ».

    Les organisateurs du concours en sont venus à la conclusion qu'il devait être organisé parmi les professionnels. Denis Romodine trouve optimal le projet d'après lequel le mausolée a été construit : celui de l'architecte Alekseï Chtchoussev. Il était le plus pratique et techniquement réalisable du point de vue des réalités économiques de l'époque.

    Moins d'une semaine pour le mausolée du guide

    Lénine est mort le 21 janvier 1924 et le présidium du Comité exécutif central de l'URSS a décidé de construire sur la place Rouge de Moscou à côté des tombes des combattants de la révolution d'Octobre une nécropole pour conserver le corps du guide de la révolution.

    Elena Ovsiannikova, chef de section de l'ONG DOCOMOMO-Moscou-Centre, membre d'ICOMOS et professeur de l'Institut d'architecture de Moscou, rappelle qu'en fin de compte dans la nuit du 23 au 24 janvier la commission présidée par Viatcheslav Molotov et Félix Dzerjinski a confié à Alekseï Chtchoussev de réaliser d'urgence le projet d'un mausolée provisoire.

    L'architecte a été convoqué à la salle des colonnes de la Maison des syndicats à minuit. « J'ai eu le temps de prendre tous les instruments nécessaires dans mon atelier, ensuite je devais me rendre dans les locaux qui m'ont été réservés pour le travail. Dès le matin je devais commencer le projet des tribunes, la pose des fondations et de la crypte », a-t-il raconté plus tard.

    Tôt le matin du 24 janvier 1924 il a déjà dirigé le marquage du territoire avec des piquets.

    Ensuite les premières explosions ont été entendues : la terre gelée par le froid de -25° ne cédait pas à la bêche et au pic et pour creuser la fouille une équipe de mineurs a été mobilisée. Les travaux de dynamitage ont pris environ 24 heures et seulement après les bêcheurs ont pu se mettre à la tâche, a écrit l'architecte dans son journal.

    Le mausolée actuel est le troisième

    Après le premier mausolée provisoire du guide du prolétariat soviétique Alekseï Chtchoussev commence, en mai 1924, la construction d'un autre édifice plus monumental, mais également en bois de chêne.

    La deuxième version était déjà une construction à redans. « Le projet était assez compliqué, car il a fallu constuire un édifice qu'il ne faudrait pas exploiter à l'extérieur », explique Denis Romodine.

    Elena Ovsiannikova ajoute pour sa part que pour protéger l'édifice contre les influences atmosphériques l'architecte a recouvert les murs de laque de couleur cuivre et le toit, de tôles de cuivre. La construction du mausolée provisoire a été terminée en deux mois. « L'inscription très expressive et l'incrustation de la surface laquée avec des plaques de chêne sombres et des clous forgés lui ont donné un caractère mémorial », dit-elle.

    La troisième version définitive du mausolée dont la construction a été achevée en octobre 1930 était en pierre.

    Les tribunes donnent à l'édifice un caractère unique

    L'armature du mausolée est en béton armé et les cavités sont remplies avec des briques. Les portes de la salle intérieure et les portes d'entrée et de sortie sont revêtues de cuivre patiné.

    En 1945 la façade principale du monument a été partiellement reconstruite. Selon Mme Ovsiannikova, outre deux tribunes en béton armé plâtrées aux grains de marbre à droite et à gauche de l'entrée principale, une tribune a été aménagée pour les dirigeants du parti communiste et du gouvernement.

    Elle fait remarquer la délicatesse avec laquelle l'architecte a inscrit le mausolée dans l'ensemble historique complexe de la place Rouge ayant souligné son sens unique. Cela a été obtenu grâce à des proportions de l'édifice : de grandes segmentations d'un volume à redans compact. Elena Ovsiannikova signale :

    « Il est à noter que malgré la rigueur de son organisation architecturale le mausolée n'est pas tout à fait symétrique, ce qui lui communique du pittoresque typique pour de nombreuses constructions de Chtchoussev ».

    Denis Romodine précise pour sa part qu'avant la reconstruction réalisée à l'époque de Brejnev le mausolée avait un système d'évacuation d'eau original. « Le système d'isolation hydrique a été endommagé ce qui a demandé une nouvelle rénovation de l'édifice », a-t-il commenté.

    Il a rappelé que le monument a un étage souterrain destiné à la maintenance du complexe.

    Selon Denis Romodine, on ne pouvait construire rien plus : l'édifice se trouve à l'emplacement de l'ancien fossé, sur un sol assez instable ce qui rendait extrêmement dangereux la construction de locaux souterrains supplémentaires.

    Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes.

    Lire aussi:

    Le Mausolée de Lénine
    Téhéran: attentat suicide au mausolée de l'ayatollah Khomeini, plusieurs blessés
    Démantèlement d’un monument aux soldats soviétiques en Pologne, Moscou proteste
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik