Ecoutez Radio Sputnik
    Fedor Konioukhov: « Je ne suis pas né pour la vie facile »

    Fedor Konioukhov: « Je ne suis pas né pour la vie facile »

    © Sputnik. Mikhail Voskresenskij
    Société
    URL courte
    0 13230

    Une exposition de tableaux du célèbre navigateur et voyageur russe Fedor Konioukhov se déroule à Moscou jusqu’au 25 janvier. Ses tableaux constituent un récit de ses voyages à l’assaut des hauts sommets du monde, des pôles de la Terre, des mers et des océans. L'exposition présente des œuvres de Konioukov, réalisées entre 1970 et 2014.

    « Je voudrais que les visiteurs de l’exposition voient le monde que j’aime et ressentent la beauté de chacun de nous sur la planète Terre », a indiqué le voyageur.

    Fedor Konioukhov dessine les lieux qu’il a pu visiter lors de ses nombreuses expéditions. A ses 63 ans il a participé à une cinquantaine d’expéditions, et fut le premier à atteindre les cinq pôles de notre planète: les pôles Nord et Sud, le pôle nord de l'inaccessibilité dans l'océan Arctique, le mont Everest, le point le plus haut du monde, et cap Horn, le pôle marin. Konioukhov est devenu le premier à parcourir les sept sommets du monde, en montant sur les plus hauts sommets de tous les continents. Au printemps de 2014 ce navigateur de l’extrême a réalisé un parcours en solitaire à travers le Pacifique à la rame, établissant un record de vitesse. Le voyageur réalise les croquis de ses futurs tableaux au crayon pendant les expéditions, et ensuite, une fois revenu à Moscou, Konioukov se met à peindre ses tableaux.

    « Je voyage pour mon art », explique-t-il dans un entretien accordé à La Voix de la Russie. « Pour moi la peinture n’existe pas, c’est l’art dans le sens général du terme. Vous voyez qu’il y a la peinture et le dessin à cette exposition. Je suis lithographe de profession. Je possède en tout 3000 travaux, et nous avons apporté 200 ici. En 2 mois je réalise près de 60 tableaux ».

    En regardant ses tableaux, ainsi que les cartes des différents parcours qu’il a réalisés, on a du mal à comprendre où Konioukov trouve le temps pour tout faire. Le voyageur ne vit quasiment jamais chez lui.

    « J’en ignore la raison », explique-t-il dans un livre autobiographique, sorti récemment, « mais j’ai l’impression que je suis né non pas pour une vie facile, mais pour surmonter des difficultés ». Son épouse Irina a calculé que sur les 30 ans de vie en couple, Fedor en a vécu 20 en solitaire, pendant ses voyages.

    « Mes enfants et mes petits-enfants ont réalisé un autre calcul », raconte Konioukhov. « Il y a 380.000 kilomètres jusqu’à la Lune, ils affirment que j’ai parcouru 380.000 miles. C’est l’équivalent d’un aller-retour jusqu’à la Lune. Mes amis ont calculé le nombre de jours que j’ai voyagé en solitaire. Cela fait plus de 1000 jours, à naviguer vers les pôles Nord et Sud, et à voyager dans les montagnes ».

    Fedor Konioukov a été récompensé pour ses voyages en novembre 2014 par le président russe Vladimir Poutine avec une médaille d'or de Nicolaï Mikloukho-Maklaï. Le voyageur russe a été le premier propriétaire de cette médaille, fabriquée en l'honneur du célèbre ethnographe russe du 19e siècle, célèbre pour son travail sur la côte Nord-est de la Nouvelle-Guinée. Pour 2015, Konioukov prévoit de réaliser un voyage autour du monde en montgolfière.