Ecoutez Radio Sputnik
    Le palais de Livadia en Crimée

    Des touristes britanniques se rendent en Crimée en dépit des sanctions

    © Sputnik. Konstantin Chalabov
    Société
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (186)
    1817

    Le groupe de russophiles du Royaume-Uni prévoit de se rendre en Crimée en avril 2015 pour dix jours afin de découvrir la culture et l’histoire locales.

    Un groupe de russophiles du Royaume-Uni a créé sur les réseaux sociaux une communauté consacrée à la découverte de la Crimée, malgré les sanctions et les interdictions pesant sur la presqu’île redevenue russe il y a presqu’un an, rapporte la chaîne satellitaire RT.

    La page propose différents itinéraires de repos sur le littoral de la mer Noire, des safaris en jeep et des dégustations de vins aux promenades à cheval en montagne, en passant par la visite de l’usine de réparation de sous-marins atomiques déclassée Balaklava.

    Le groupe prévoit de se rendre en Crimée en avril 2015 pour dix jours afin de découvrir la culture et l’histoire locales.

    "Pour les compagnies touristiques, il est interdit de faire de la publicité pour les voyages en Crimée. Nous ne sommes pas des agents, juste de simples gens qui veulent réaliser des voyages et observer les monuments. Cette fois-ci le choix s’est arrêté sur la Crimée. Nous aimons beaucoup cette idée, la Crimée possède le légendaire vin criméen et des musées étonnants", a déclaré une représentante du groupe interrogée par Sputnik.

    La Crimée, contre vents et marées
    La Crimée, contre vents et marées
    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (186)

    Lire aussi:

    « Nous avons pas mal de demandes de voyages à travers la Russie »
    USA Today publie une carte de l'Ukraine sans la Crimée
    Crimée: la Russie est dans son droit (compositeur letton)
    Crimée: un ancien ministre letton soutient le rattachement à la Russie
    Tags:
    Royaume-Uni, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik