Société
URL courte
1712
S'abonner

Des dizaines de milliers de Néerlandais s'apprêtaient à jouer à cache-cache à IKEA: pour des raisons de sécurité, l'entreprise n'a pas donné son feu vert.

"Il est difficile de contrôler ce genre d'actions. Nous devons être sûrs que les gens sont en sécurité dans nos magasins, or c'est assez difficile quand on ignore où ils se trouvent exactement", explique la porte-parole d'Ikea Group Martina Smedberg.

Près de 63 000 personnes s'apprêtaient à jouer à cache-cache dans des magasins IKEA. La plupart d'entre eux – 32 000 Néerlandais – avaient choisi l'hypermarché d'Eindhoven, 19 000 – celui d'Amsterdam et 12 000 celui d'Utrecht.

Les Néerlandais comptaient suivre l'exemple des Belges, qui avaient organisé des parties de cache-cache à IKEA l'été dernier. Les représentants du groupe avaient alors délivré une autorisation officielle et près de 500 personnes avaient participé, qui s'étaient cachés dans les réfrigérateurs, sous les jouets en peluche et dans les sacs du magasin. Certains se glissaient même dans les tiroirs sous les lits.

Les hypermarchés IKEA n'attirent pas seulement les amateurs du divertissement. En novembre 2014, un enfant de 12 ans de Shanghai s'était caché pendant six jours dans un magasin IKEA de ses parents parce qu'il ne voulait pas faire ses devoirs de maths. La police l'avait aperçu devant la sortie du magasin. L'adolescent, qui s'était nourri pendant tout ce temps d'échantillons de dégustation dans les supermarchés, souffrait de sous-alimentation et a été hospitalisé.

Lire aussi:

Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
The Lancet met en garde contre son étude sur l’hydroxychloroquine
Le sketch d'un humoriste noir jouant un esclave sur le plateau de Cyril Hanouna en 2013 ressort et ne passe plus – vidéo
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Tags:
IKEA, Martina Smedberg, Pays-Bas, Utrecht, Amsterdam
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook