Société
URL courte
0 48
S'abonner

Le président américain Ronald Reagan était déjà touché par la maladie d'Alzheimer quand il dirigeait les USA. C'est ce que révèle, 30 ans plus tard, l'analyse des transcriptions de ses nombreuses rencontres avec les journalistes.

L'état mental de Ronald Reagan faisait déjà l'objet de discussions chez ses adversaires politiques bien avant qu'il soit élu et devienne le président le plus âgé des États-Unis. Ses détracteurs aimaient pointer ses déclarations contradictoires, sa distraction et son regard parfois absent.

En 1980, avant son élection, Reagan disait qu'il quitterait son poste si les médecins diagnostiquaient des symptômes de démence, se souvient le docteur en médecine Lawrence Altman, chroniqueur du journal The New York Times. Des années plus tard, les mêmes médecins disaient que pendant la présidence de Reagan, ils n'avaient jamais remarqué aucun symptôme de démence sénile dans son comportement. Il est de notoriété publique que Reagan n'a appris son diagnostic — la maladie d'Alzheimer — qu'en 1994.

Ronald Reagan
© Sputnik . Yuri Abramochkin
Aujourd'hui seulement, les experts ont conduit une étude approfondie et conclu que lorsque Reagan était encore le maître de la Maison Blanche, des signes très subtils de démence imminente avaient déjà commencé à se manifester dans son discours. Les conclusions des chercheurs, publiées dans le magazine The Journal of Alzheimer, n'indiquent pas que la maladie émergente pouvait affecter négativement la capacité de jugement et de prise de décisions de Reagan. Cependant, les découvertes de l'équipe de chercheurs dirigé par Visar Berisha et Julie Liss, spécialistes de l'étude de la parole à l'Université de l'Arizona, témoignent du fait que les changements dans le mode d'expression pourront bientôt être utilisés pour prédire la progression de la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies neurodégénératives.

Selon les chercheurs, le diagnostic de la maladie d'Alzheimer à un stade précoce permettrait l'utilisation plus efficace des médicaments qui devraient apparaître dans l'avenir, afin de prévenir ou ralentir la progression de cette maladie. Le diagnostic de la maladie aux premiers stades permettra de la combattre avec succès avant qu'elle n'abîme le cerveau. Les nouvelles méthodes de diagnostic permettent donc de comprendre si les changements dans l'usage de la parole sont dus au processus normal de vieillissement ou bien s'ils sont des signes annonciateurs de démence.

Pour analyser les capacités mentales du président Reagan, les chercheurs ont utilisé les transcriptions des 46 conférences de presse que le président a tenues au cours de ses deux mandats. Elles ont été comparées avec les transcriptions des discours de George Bush, le successeur de Reagan, qui à l'âge de 91 ans garde toujours un esprit clair et une bonne mémoire. Normalement, les conférences de presse présidentielles se composent de deux parties — un discours préparé et des réponses spontanées aux questions des journalistes. Puisque les textes des discours sont souvent écrits par les rédacteurs, les chercheurs se sont penchés sur les réponses des deux présidents à la presse.

À l'aide d'un algorithme spécial utilisé pour analyser les modifications d'écriture des romanciers, les chercheurs ont suivi la fréquence d'utilisation par Reagan et par Bush des substantifs spécifiques, des mots-parasites et des tics de langage.

Ainsi, ils ont calculé le nombre de tics de langage anglais "well", "so", "basically", "actually", "literally", "um et "ah", de tous les mots contenant la racine thing (something, anything) et de verbes qui sont souvent utilisés par les personnes âgées diagnostiquées avec la démence sémantique.
L'analyse linguistique a démontré que le mode d'expression de George Bush n'avait pas subi de changements significatifs au cours de sa présidence.
Par contre, dans le discours de Reagan, l'utilisation des mots répétés et des dérivés de "thing" est devenue plus fréquente à la fin de son mandat présidentiel, tandis que l'utilisation des mots uniques, au contraire, devenait de moins en moins fréquente avec le temps.

"L'analyse des transcriptions a fait ressortir des changements significatifs dans les paramètres associés à la progression de la démence. Nous avons constaté que l'utilisation des mots uniques par Reagan diminuait avec le temps, tandis que l'utilisation des substantifs non spécifiques et des tics de langage devenait de plus en plus fréquente", concluent les auteurs de la recherche. En même temps, ils n'excluent pas qu'en partie ces changements aient pu être causés par le désir intentionnel de simplifier son discours ou bien par les effets de la tentative d'assassinat contre lui, il y a 34 ans.
Selon Berisha, le but de l'étude n'était pas de prouver spécifiquement la démence progressive du président Reagan. Les chercheurs ont simplement profité de l'occasion unique d'étudier la démence progressive de la personne dont les discours ont été enregistrés pendant plusieurs années et stockés dans les archives.

Le 40e président des États-Unis Ronald Reagan est mort en 2004 à l'âge de 93 ans.

 

Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes

Lire aussi:

Destruction de la Russie: Obama, disciple de Reagan?
Etats-Unis: les sénateurs démocrates mettent en garde contre un retour à la "guerre des étoiles" de Reagan
Cuba aurait sauvé la vie de Ronald Reagan (Rossiïskaïa gazeta)
Tags:
santé, Ronald Reagan, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook