Ecoutez Radio Sputnik
    Kiruna

    En Suède, toute une ville déménage avec ses murs

    © Wikipedia/ Johan Arvelius
    Société
    URL courte
    0 382

    En Suède débute la première étape d'un événement grandiose, suivi non seulement dans tout le royaume mais aussi dans d'autres pays du monde: le déplacement d'une ville entière, Kiruna, capitale minière du pays.

    La première partie du plan n'a rien d'inhabituel: les bulldozers ont commencé à raser les immeubles des années 1960 et tous les autres bâtiments seront conservés. Une partie des immeubles sera démontée et rassemblée à un nouvel emplacement, y compris une église de bois unique.

    Le danger s'est révélé au printemps 2004, quand les autorités municipales de cette ville se trouvant au-delà du cercle polaire, centre de l'industrie minière suédoise, ont reçu une lettre alarmante de la société LKAB, qui exploite le minerai ferreux dans la mine avoisinante. Les géologues de LKAB ont conclu que les fissures du sol formées à cause de vides à l'endroit des roches prélevées se répandaient plus rapidement que prévu. Et que toute la ville pourrait s'effondrer. Deux options ont été soumises à l'examen: construire une nouvelle ville ou déplacer la capitale minière de la Suède dans une zone sûre — avec tous les immeubles, l'église, la gare, l'hôpital, l'administration, les écoles et les maternelles. C'est la seconde option qui a été choisie.

    Pourquoi l'État a-t-il renoncé à raser la ville condamnée? La réponse vient de l'histoire de Kiruna, qui a commencé il y a un peu plus de cent ans. C'est à cette époque qu'entre les deux "montagnes de fer", Kiirunavaara et Luossavaara, a commencé la construction de la cité minière. Les travaux étaient supervisés par le géologue Hjalmar Lundbohm, que son ami Rudyard Kipling, qui a visité Kiruna, appelait le "roi non couronné de Laponie".

    Un gisement de minerai ferreux d'excellente qualité a été découvert à Kiirunavaara, qui s'enfonçait dans le plateau selon un plan incliné — un trésor de millions de couronnes. Le minerai pouvait être exploité à la surface et il fallait seulement installer des rails et trouver la main d'œuvre. Les rumeurs des richesses découvertes en Laponie et des salaires élevés ont rapidement fait le tour de l'Europe. Des centaines d'aventuriers se sont rués vers le nord. Au pied du mont Kirunavaara, tel un champignon, a commencé à grandir une ville de mineurs caractéristique pour l'époque, composée de minables cabanes.

    "Je n'admettrai pas la transformation de Kiruna en un autre Klondike, où les gens vivent dans des trous comme des animaux. Ce n'est pas l'homme pour le fer, mais le fer pour l'homme", affirme Hjalmar Lundbohm, qui a été chargé par Stockholm de superviser un immense territoire, plus grand que certains États européens. Il accumulait les qualités d'excellent administrateur, de conquistador énergique et de romantique imprégné par les idées socialistes.

    Le principe du "Fer pour l'homme"' proclamé par Hjalmar Lundbohm a été soutenu par la société. La Suède s'est éprise de l'idée de construire une ville modèle pour les ouvriers. Les cabanes ont été rasées au profit de villas d'un confort jamais vu en Europe. Ces maisons étaient dotées de toutes les commodités, y compris de salles de bain. A cette époque, c'était un luxe même pour les habitants de Stockholm. Hjalmar Lundbohm, dans un esprit d'équité, s'est installé dans une villa qui se différenciait peu des "palais pour les ouvriers". La ville a été érigée pratiquement à deux kilomètres des minerais ferreux, auxquels elle était connectée par un chemin de fer. La géologue avait décidé de séparer ainsi la "vie" et le "travail", pour que les habitants de Kiruna n'aient pas l'impression de "vivre à l'usine". Le "roi de Laponie" avait tout pris en compte, y compris les particularités climatiques de la région. Il a été ordonné aux architectes d'oublier la planification traditionnelle. Les rues passaient ainsi dans les plis des montagnes pour les protéger des vents pénétrants. La ville est montée de la vallée sur les versants de montagne: la température en hauteur était parfois plus élevée de dix degrés par rapport à la vallée, où s'accumulait l'air froid. Aujourd'hui, toutes les villes du nord sont construites sur le modèle de Kiruna. Cerise sur le gâteau de l'œuvre de Hjalmar Lundbohm: l'église de bois érigée en 1912. Son autel a été peint par le prince Eugène, peintre, grand ami de Lundbohm et enthousiaste de la création d'une ville modèle dans les terres reculées de Laponie. En 2001, à l'issue d'un vote national cette église a été reconnue comme le plus bel édifice de Suède.

    Aujourd'hui la mine qui a donné naissance à la meilleure cité minière du monde risque de disparaître. Avec le temps elle s'est enfoncée sous le centre de Kiruna, suivant le filon de minerai. Les immeubles peuvent désormais se retrouver sous terre à tout moment.

    Au nouvel emplacement la ville et la mine ne se gêneront pas, sachant que les habitants resteront entourés de bâtiments et d'édifices constituant l'image de la capitale minière. La "Cité du Soleil" conçue pour les ouvriers restera une sorte de musée vivant illustrant l'essence du "socialisme suédois".

    Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes

    Lire aussi:

    Un avion de ligne suédois atterrit en urgence avec un moteur en flammes
    Une mine s'effondre en Russie avec 131 personnes présentes sur place
    Pour Trump, l’Afghanistan n’est qu’une source de matières premières
    Tags:
    mine, LKAB, prince Eugène (peintre), Hjalmar Lundbohm, Rudyard Kipling, Laponie, Luossavaara, Kiirunavaara, Kiruna, Suède, Stockholm
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik