Société
URL courte
0 18
S'abonner

La contrebande de déchets électroniques (e-déchets), de leur traitement et enfouissement est estimée à presque 19 milliards de dollars par le rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) qui vient d'être rendu public à Genève.

Les auteurs du document considèrent l'absence de contrôle approprié dans ce secteur comme un sérieux facteur de risque pour la santé.

Chaque année, explique l'étude, l'industrie électronique — l'un des secteurs qui connaît le développement le plus dynamique — génère jusqu'à 41 millions de tonnes de déchets comme les produits ménagers, les ordinateurs et les smartphones inutilisables. Ces déchets s'amoncellent chaque année sur notre planète et d'ici 2017, au moins 50 millions de tonnes en seront produites annuellement.

Or
© Fotolia / Ded Pixto
Selon les experts, entre 60 et 90% de ces déchets font ensuite l'objet d'un commerce clandestin, ou sont traités et enfouis sans contrôle approprié. Étant donné qu'une tonne de ces déchets électroniques vaut environ 500 dollars sur le marché noir, selon Interpol, il est question d'un commerce illégal s'élevant à 12,5-18,8 milliards de dollars.

"Nous sommes confrontés à un tsunami sans précédent de déchets électroniques. Il ne s'agit pas uniquement de l'augmentation du "tas de déchets" mondial. Cela représente une menace pour la santé des populations et pour l'environnement à cause des éléments dangereux qu'ils contiennent", explique Achim Steiner, sous-secrétaire général de l'Onu et directeur exécutif du PNUE.

Les e-déchets ne sont pas l'unique type d'ordures sur notre planète, rappelle le PNUE. Le rapport constate que chaque année environ un tiers des produits alimentaires — 1,3 milliard de tonnes d'une valeur de 1 milliard de dollars — n'arrive pas jusqu'au consommateur, est jeté ou se perd.

Dans l'ensemble, le marché mondial de traitement des déchets est estimé par les experts à 410 milliards de dollars. Comme tout autre secteur économique, soulignent les auteurs, il offre des possibilités aux activités légales, mais aussi illégales. Poussés par la soif de profit, les opérateurs du marché peuvent ignorer les règles de traitement des déchets et mettre le personnel du secteur face à un danger d'intoxication. Les experts avertissent que cette sphère pourrait également attirer le crime organisé spécialisé dans le blanchiment d'argent et la fraude fiscale, parce que les quantités de déchets sont difficiles à comptabiliser et, par conséquent, peuvent être manipulées — à la hausse où à la baisse.

Bien que l'exportation de déchets dangereux des pays de l'UE et de l'Organisation de coopération et de développement économiques soit interdite dans les États qui ne font pas partie de cette structure, selon le témoignage des experts, "des milliers de tonnes d'e-déchets sont déclarées comme des marchandises d'occasion et sont exportées des pays développés vers les pays émergents". Parmi ces "marchandises" — les piles et les écrans d'ordinateur. Diverses méthodes de contrebande sont utilisées — des transports organisés en camion à travers les pays d'Europe et d'Amérique du Nord à l'utilisation de grands hubs de contrebande en Asie du Sud et des transports en conteneur par la mer.

Les principaux destinataires de ces marchandises toxiques pour l'enfouissement ou le traitement sont l'Afrique et l'Asie. La palme d'or, en Afrique occidentale, revient au Nigeria et au Ghana. La Côte d'Ivoire reçoit également une grande quantité d'e-déchets toxiques. Selon les experts du PNUE, en Asie, les livraisons illégales de déchets concernent la Chine, le Pakistan, l'Inde, le Bangladesh et le Viêt Nam.

Les auteurs du rapport préconisent de renforcer la législation nationale et le suivi dans le domaine du traitement des déchets. Il est également nécessaire de promouvoir les activités préventives, notamment de simplifier la procédure de retour des déchets illégalement envoyés.

Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes

Lire aussi:

Un laser pour abattre les déchets spatiaux
Le Japon recherche des solutions pour décontaminer ses eaux
NASA: 100 tonnes de déchets spatiaux sont tombés sur Terre en 2014
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Tags:
déchets, écologie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook