Société
URL courte
53212
S'abonner

Ceux qui vivent dans les pays arabes lisent un quart de page par an en moyenne, soit l'un des indices les plus bas au monde. Au contraire, chaque Américain lit environ 11 livres par an et les Britanniques lisent un peu moins – près de 7 livres par an.

Ces chiffres ont été annoncés par le Comité de l'édition auprès du Conseil national suprême de la Culture de l'Égypte, rapporte l'agence d'information Al Jazeera. Dans le cadre de l'étude consacrée à la demande de livres dans le monde, les experts égyptiens ont recueilli des statistiques intéressantes sur différents pays et ont dressé une liste des nations "lectrices". Les pays du monde arabe se sont retrouvés en bas du classement. La première place est occupée par les Américains, suivis par les Britanniques.

Selon les statistiques, présentées dans le cadre de la conférence annuelle du Comité, dans le monde arabe on publie près de 1650 livres par an, tandis qu'aux États-Unis près de 85 000 nouveaux livres sortent chaque année.

Ces résultats coïncident en grande partie avec les données publiées par l'Unesco l'année dernière. Comme l'a déclaré l'organisation internationale, 1 million de citoyens des pays arabes lisent seulement 30 livres par an, tandis que 1 million d'Européens en lisent 854.

Comme le VTsIOM (le Centre Panrusse d'étude de l'opinion publique) l'a constaté en 2014, les Russes lisent environ 4,5 livres sur trois mois, c'est-à-dire près de 18 livres par an. Le genre le plus populaire en Russie est le roman d'amour — il est choisi par 13% des lecteurs. En même temps, plus d'un tiers des Russes (près de 35%) a avoué ne lire presque jamais de livres.

Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes

Lire aussi:

Le bras droit de Raoult assure que tout s'améliore à Marseille et ne comprend pas la décision du gouvernement
Un professeur juge le décolleté d'une collégienne de 14 ans provocant, elle se sent «humiliée» - photo
«Vivez à fond, tombez malades»: l'appel de Nicolas Bedos crée la polémique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook