Société
URL courte
3330
S'abonner

Dans la capitale anglaise fleurissent aujourd'hui des dispositifs d'interception des données mobiles et autres appareils de surveillance. La police ne précise pas l'identité des détenteurs de ces dispositifs, qui peuvent être librement achetés sur Internet et utilisés à des fins criminelles.

À Londres, on a notamment détecté 20 appareils portables Stingray selon l'entreprise de sécurité numérique GMSK Cryptophone, citée par la BBC. Ces derniers sont probablement utilisés par la police de Londres quand elle a besoin de suivre les déplacements des suspects.

L'entreprise allemande a montré que ce genre de dispositifs était largement usité en Allemagne et aux États-Unis, et d'une manière générale par 53 compagnies différentes dans 21 États. Pour les acheter aux USA, il faut toutefois disposer d'une ordonnance judiciaire, et en Allemagne il est nécessaire d'informer au préalable la commission parlementaire compétente.

Le principe de fonctionnement du Stingray est très simple. Le téléphone portable allumé transmet à la station de base un signal de sa présence dans la zone de couverture, ainsi que des données nécessaires pour établir une connexion. Le dispositif se fait passer pour une station de base, intercepte le signal du téléphone et reçoit des données IMSI (l'identifiant international de l'utilisateur mobile), l'ESN (le numéro de série de l'appareil mobile selon les standards de la Commission américaine des communications) et d'autres données d'identification de l'appareil. Le Stingray peut donc enregistrer les données sur le déplacement de l'utilisateur, son activité mobile et le temps de présence d'un appareil spécifique dans la zone de couverture.

Le dispositif est fabriqué en Floride par l'entreprise Harris Corporation et peut être librement acheté sur Internet pour environ 1500 dollars.

La possibilité d'intercepter les données IMSI par la police et les services secrets est connue depuis longtemps, mais la disponibilité de ces intercepteurs-réémetteurs pour le grand public suscite de graves préoccupations.

Ces dispositifs pourraient être activement utilisés par les malfaiteurs pour envoyer de faux messages sous forme de notifications du système de l'opérateur mobile. Un tel message pourrait contenir un lien de phishing vers un cheval de Troie bancaire ou un virus.

En outre, les criminels pourraient suivre les déplacements quotidiens des propriétaires de smartphones coûteux et ensuite, planifier une attaque. Ils pourraient également apprendre quand les membres d'une famille sont absents de la maison pour préparer un cambriolage.

Le Stingray peut également fournir des informations sur les dispositifs de sécurité d'un lieu et même affecter leur fonctionnement, car leur connexion est souvent assurée par un module GSM.

Aujourd'hui, les militants exigent des garanties: ils veulent que les dispositifs Stingray soient utilisés seulement par les services de sécurité pour traquer les malfaiteurs.

Ainsi, l'organisation Privacy International espère obliger la police à informer le public des mesures visant à limiter la diffusion de ce type de dispositifs et leur menace potentielle.

Le problème de l'utilisation du Stingray par les malfaiteurs existe également en Russie. Malgré le fait que les moyens de détecter ces équipements interdits existent depuis longtemps, il est impossible d'assurer un suivi constant de tout le spectre de radiofréquences. En outre, en raison de sa petite taille, le Stingray peut être utilisé pendant un temps très court et déplacé très vite.

Ainsi, avec l'amélioration de l'équipement technologique des criminels, le nombre de crimes contre la propriété pourrait augmenter significativement. Les utilisateurs ordinaires n'ont pas de recours effectif contre une telle surveillance. Certains modèles des smartphones BlackBerry indiquent la désactivation forcée du chiffrement du canal de communication, mais ce n'est pas toujours suffisant.

Reste à espérer une apparition rapide, sur le marché des communications sécurisées, de nouveaux dispositifs qui ne seront pas dépendants de stations de base. 

Lire aussi:

Création d'une cape d'invisibilité en Allemagne
Ecoutes téléphoniques: Athènes délivre un mandat d'arrêt contre un Américain
GB: la secrétaire d'État à l'Intérieur favorable à la surveillance des services secrets
Tags:
espionnage, surveillance, criminalité, Stingray, Allemagne, États-Unis, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik