Société
URL courte
5912
S'abonner

La luminosité de l'Univers a baissé de moitié en deux milliards d'années, constate une équipe de chercheurs qui a étudié les galaxies proches de la nôtre.

Une équipe internationale d'astronomes a découvert que l'Univers produisait deux fois moins d'énergie qu'il y a deux milliards d'années, rapporte leur article paru dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

"L'Univers se dirige vers une vieillesse éternelle. Comme s'il se préparait à s'endormir pour l'éternité", a déclaré Simon Driver de l'International Centre for Radio Astronomy Research (ICRAR), en Australie occidentale.

Les astrophysiciens soupçonnaient déjà cette extinction depuis la fin des années 1990, mais les détails de ce processus, sa vitesse et son ampleur n'avaient pas été étudiés.

Driver et ses collègues ont confirmé que ce processus avait effectivement lieu et ont pu estimer la vitesse d'extinction de l'Univers en observant les galaxies voisines à l'aide de plusieurs dizaines de télescopes orbitaux et terrestres fonctionnant dans 21 longueurs d'onde différentes, de l'infrarouge lointain à l'ultraviolet.

Les astronomes ont réussi à évaluer la force de rayonnement émanant de 220.000 galaxies situées à deux milliards d'années-lumière de la Terre. En comparant leur luminosité à diverses périodes les auteurs de l'article ont calculé combien d'énergie était en moyenne produite par les étoiles par le passé.

A en juger par les galaxies dont la lumière est arrivée jusqu'à la Terre pendant 2,3 milliards d'années, l'Univers qui nous entoure produisait environ le double du rayonnement visible et d'autres formes d'énergie il y a 2,3 milliards d'années.

L'Univers s'éteint donc lentement et on peut prédire que dans environ 100.000 milliards d'années, quand les dernières naines rouges épuiseront leur "combustible stellaire", il entrera dans une phase de dégénérescence et deviendra très sombre.

Comme l'expliquent les auteurs de l'article, en cette période les seuls "résidents" des galaxies et de l'Univers seront des objets dégénérés — des trous noirs, des naines blanches, des naines brunes et des étoiles à neutrons, ainsi que les dernières planètes survivantes. Dans un quadrillion d'années les planètes seront détruites et dans 10 quintillions d'années les naines blanches et les étoiles à neutrons fusionneront avec les trous noirs supermassifs situés au centre de leurs galaxies.

Cela marquera le début de l'avant-dernière époque de la vie de l'Univers — l'ère des trous noirs qui s'achèvera dans un délai inconcevable — 2x1099 années. Durant cette période tous les trous noirs s'évaporeront suite à la formation du rayonnement de Hawking, et l'Univers sera peuplé par des électrons, des photons et des positrons. 

Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes

Lire aussi:

Une météorite responsable du dernier âge glaciaire?
Retrouver des traces d'autres civilisations dans l'espace? C'est possible!
De nouveaux astéroïdes s'approchent de la Terre
Opération anti-drogue à Avignon: un policier mortellement blessé lors des tirs
Tags:
galaxie, astronomie, espace, International Centre for Radio Astronomy Research (ICRAR), Simon Driver, Univers, Terre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook