Société
URL courte
8426
S'abonner

Des chercheurs américains ont démontré que la théorie de la paix démocratique, selon laquelle les démocraties ne se font pas la guerre entre elles, est erronée.

Cela veut dire que les pays démocratiques peuvent se faire la guerre, malgré les valeurs qu'ils proclament, concluent les auteurs d'une étude dont les résultats sont disponibles dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences et sur le site internet de l'Université d'Etat de l'Ohio.

Ce ne sont pas les valeurs démocratiques mais les relations économiques et commerciales et la participation à des organisations intergouvernementales internationales qui sont des facteurs qui maintiennent la paix entre les pays démocratiques, concluent les chercheurs. Il s'agit en premier lieu des Etats du "milliard d'or": Etats-Unis, Canada, Australie, UE, Israël, Japon et Corés du Sud.

Les politologues estiment qu'il n'existe pas de "paix démocratique". Ils ont analysé les tendances des conflits militaires entre 1948 et 2000 pour construire un modèle pertinent. Ce modèle prend en compte les conflits qui ont eu lieu et peut prévoir, de manière plus précise, le déclenchement de guerres dans les dix prochaines années.

Les chercheurs se sont basés sur l'idée du philosophe allemand Emmanuel Kant formulée en 1795 dans son ouvrage "Vers la paix perpétuelle". L'interprétation contemporaine des idées de Kant nous dit que les guerres entre les pays seraient évitées à trois conditions: propagation des régimes démocratiques, relations économiques et commerciales développées interdépendantes et participation à des organisations gouvernementales internationales.

L'impact de ces trois facteurs sur la possibilité de conflit ou le maintien de la paix entre les pays a été mesuré grâce à un modèle mathématique proposé par le professeur Peter Mucha. En examinant les trois composantes de ce modèle reliées chacune aux autres, les chercheurs ont détecté des communautés de pays qui sont similaires non pas parce qu'ils font partie d'organisations gouvernementales, ont des accords commerciaux ou sont des pays démocratiques mais parce qu'ils ont ces trois caractéristiques à la fois, a expliqué Skyler Cranmer, chef de l'équipe de chercheurs.

Les scientifiques ont nommé la séparation entre ces communautés "fractionnement kantien". Des groupes plus petits se forment pendant ce fractionnement de groupes plus importants au fur et à mesure qu'ils trouvent leurs intérêts communs. Comme ces petits groupes poursuivent des objectifs particuliers, ils peuvent recourir à la violence. Les chercheurs estiment que leur étude sera utile dans la planification politique et militaire.

Lire aussi:

Kerry: le peuple de Cuba "serait mieux servi par une véritable démocratie"
Médias US: Hillary Clinton, le faucon démocrate
Poutine, EI et Obama: les Américains racontent leurs peurs
Mila s’estime «abandonnée par une nation fragile et lâche» - vidéo
Tags:
guerre, démocratie, politique, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook