Ecoutez Radio Sputnik
    Spiral Galaxy M106

    Exoplanètes: y aurait-il tromperie sur la marchandise?

    © Flickr / Hubble Heritage
    Société
    URL courte
    10492

    La plupart des planètes géantes découvertes en dehors du Système solaire… n’existent pas!

    Une déclaration surprenante a été faite par les astronomes de l'Institut portugais d'astrophysique et des sciences spatiales étudiant les statistiques relatives à la découverte des exoplanètes, planètes situées en dehors du Système solaire.

    Leurs calculs montrent que plus de la moitié des planètes géantes découvertes à l'aide du télescope spatial Kepler n'existent tout simplement pas.

    "Nous avons démontré que plus de la moitié des grandes planètes transitaires, en réalité, n'en sont pas", estime un co-auteur de la découverte, Vardan Adibekyan.

    À leur place, le télescope enregistre de doubles étoiles obscures (52,3%) ou des couples composés d'une étoile simple et d'un nain brun (2,3%), ont annoncé les astronomes à la conférence Extreme Solar Systems III, consacrée au 20e anniversaire de la découverte de la première exoplanète.

    Le télescope Kepler cherche des exoplanètes potentielles en enregistrant de faibles obscurcissements des étoiles. Pour le confirmer, on recourt à la méthode de la spectroscopie permettant de juger si l'étoile tourne en rythme avec la planète. Ayant étudié pendant cinq ans 129 "candidats" avec un rythme de mouvement rotatoire supérieur à 400 jours, les scientifiques ont établi qu'environ 55% d'entre eux ne peuvent pas être qualifiés de "planètes".

    Lire aussi:

    La Russie enverra-t-elle bientôt des androïdes sur la Lune?
    Les physiciens ne prouvent pas que l’Univers est un hologramme
    La maladie qui a tué Saint-Louis est de retour en France
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    Tags:
    astronomie, étoiles, exoplanète, espace, télescope spatial Kepler, Vardan Adibekyan, Portugal
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik