Société
URL courte
3431
S'abonner

Un chercheur britannique a montré dans une vidéo de 60 secondes les débris spatiaux accumulés autour de la Terre pendant les 60 ans de la conquête spatiale.

Selon le journal en ligne américain The International Business News, le chercheur de l'University College de Londres (UCL) Stuart Grey avec le concours du laboratoire de géodésie spatiale et de navigation de la Royal Institution a modelé une vidéo présentant la quantité de débris spatiaux accumulés depuis 1957, date du lancement du premier satellite artificiel soviétique Sputnik 1.

La vidéo de 60 secondes montre l'accumulation de plus de 20.000 d'objets qui, ayant rempli leurs fonctions passées, se sont transformés en déchets spatiaux. Ce sont des débris de fusées et de satellites hors service — tous ce qui a une taille supérieure à 10 cm. En outre, les experts de la NASA (l'agence aérospatiale américaine) connaissent actuellement plus de 100 millions de petits débris d'une taille inférieure à 1 cm.

L'environnement immédiat de la Terre est plein d'objets qui, du fait de leur vitesse très importante, représentent, en cas de collision, un risque non négligeable pour les missions spatiales.

Le 10 juin, l'Agence spatiale européenne (ESA) a publié les résultats d'une expérience testant les effets de l'impact d'un projectile hypervéloce contre une reproduction des boucliers qui équipent les modules de l'ISS. L'ESA a propulsé une balle d'aluminium de 7,5 mm de diamètre à une vitesse de 7 km/s (25.200 km/h). Compte tenu de l'énergie cinétique, la balle a percé les boucliers, l'épaisseur perforée a atteint 50 mm.

A ce jour, aucun blindage ne résiste à l'impact d'un débris de taille supérieure à 2 cm. Des débris dont la taille est supérieure à 10 cm auront des conséquences catastrophiques en cas de collision. Les dommages peuvent aller jusqu'à la fragmentation totale des objets s'entrechoquant ce qui créerait plusieurs milliers de débris supplémentaires.

Lire aussi:

L'exploration spatiale avance à pas de géant
Un satellite chinois chargé de résoudre le mystère de la matière noire
Satellite lunaire russe: un petit pas vers la vérité
NASA: Mars est habitable
NASA: cette nuit, Père Noël aura un astéroïde dans sa hotte
La NASA a découvert des "jardins suspendus" sur Pluton
Tags:
University College de Londres, débris spatiaux, satellite, NASA, ESA, Royaume-Uni, Londres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik