Ecoutez Radio Sputnik
    La Princesse de l'Altaï

    La source de tous les cataclysmes enfin trouvée?

    © Sputnik . Yuri Zaritovsky
    Société
    URL courte
    15554

    Une "princesse de l'Altaï" serait responsable pour la sauvegarde du bien-être de la planète.

    Un procès des plus insolites s'est récemment déroulé à Gorno-Altaïsk (capitale de la république russe de l'Altaï, située au centre de l'Eurasie). Un chaman a porté plainte contre des chercheurs sibériens, exigeant qu'on enterre la momie extraite d'un kourgane scythe et surnommée "Princesse de l'Altaï". A défaut de quoi des cataclysmes de toute sorte s'abattront sur la planète, menace-t-il.

    La "momie de discorde" a été découverte au début des années 1990 dans un kourgane scythe. Le corps d'une femme morte à l'âge de 25 ans environ était resté enfoui pendant 2.500 ans sous la glace, ce qui explique son parfait état de conservation. Ses restes sont conservés dans un musée à l'intérieur d'un sarcophage spécial doté d'appareils maintenant une humidité et une température constantes. Les scientifiques avertissent qu'il est impossible de toucher à la momie sans la détruire.

    ​Cependant, le chaman Kiné de la dynastie la plus ancienne de l'Altaï s'oppose au musée, à l'Institut d'archéologie de Novossibirsk et au ministère de la Culture russe et régional. Il est convaincu que la "princesse" est l'une des sept gardiennes de l'harmonie mondiale, et que si elle reste non enterrée, un chaos s'abattra sur le monde.

    Les défendeurs, quant à eux, ne comprennent pas le sujet de l'audition. Formellement, la "princesse" est propriété d'Etat, un objet du patrimoine culturel.

    "Monsieur le demandeur, vous rendez-vous compte que la momie se désintégrera et cessera d'exister, le comprenez-vous?!", s'exclame une défenderesse.

    "Il y aura des tremblements de terre, des suicides, des inondations, de la grêle, des maladies, il y aura de très grands problèmes, et le peuple commencera à disparaître", parie le chaman.

    De nombreux Altaïens croient que la femme en question était l'ancêtre des habitants de cette région. Et qu'elle gardait la "gorge de l'enfer". En la déplaçant, les archéologues auraient attiré sur l'Altaï des cataclysmes naturels. En effet, ces dernières années, la région a connu des séismes, de grandes crues et de fortes grêles.

    ​Cependant, les vêtements et les objets trouvés dans sa tombe portent les archéologues à penser que la jeune femme était plutôt un maître de culte qui pouvait faire des présages et soigner des maladies et non pas une princesse. En outre, elle n'a jamais enfanté et ne pouvait donc pas être l'ancêtre de qui que ce soit.

    Mais de nombreux locaux ne veulent pas entendre ces arguments matérialistes. Ils ont déjà collecté 22.000 signatures en faveur de l'enterrement de la momie.

    Après quatre heures d'audience, le tribunal de Gorno-Altaïsk a pris le parti des défendeurs. Cela signifie que la momie restera dans le musée. Les militants se préparent à faire appel.

    Lire aussi:

    Le mystère de Néfertiti caché derrière un mur
    Le tombeau de Toutânkhamon recèle une chambre secrète
    Découverte: les Britanniques momifiaient-ils comme les Egyptiens?
    Deux tiers des momies d'animaux égyptiennes sont des faux
    Tags:
    tribunal, cataclysme, sarcophage, momie, traditions, science, archéologie, insolite, histoire, Altaï, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik