Ecoutez Radio Sputnik
    Paris: comment dompter les pisseurs sauvages?

    Paris: comment dompter les "pisseurs sauvages"?

    © Photo. capture d`écran:Youtube
    Société
    URL courte
    18287

    On a trouvé une solution plus qu'insolite afin de décourager les Parisiens de faire pipi dans la rue.

    En déambulant dans Paris le vendredi soir, il n'est pas rare qu'on ait l'impression de se retrouver dans une ville du Moyen Age. Seuls les plus agiles arrivent à enjamber l'urine qui macule les rues de la ville lumière. Et parfois même par torrents, si vous avez bien de la malchance. Parce que oui, à Paris, il semble qu'on n'ait pas beaucoup le choix…

    Vous risquez le plus souvent de tomber sur un fêtard — normalement de sexe masculin — qui se soulage quelque part dans un endroit un peu trop public au goût de certains. Bas de portes, marches du métro, derrière les arbres, entre les voitures stationnées, même sur les sièges de Vélib (vélos en libre-service de la ville de Paris), déplore le site The Local.

    Les autorités de la ville sont conscientes du problème et ont déjà annoncé l'installation de 50 urinoirs publics supplémentaires dans les rues, dont certains seront ouverts 24 heures sur 24. Elles ont également introduit une amende de 35 euros pour ceux qui feront leur petit truc en public…

    Cependant, cela n'a pas l'air de trop faire ciller les bois-sans-soif qui trouvent tout de même plus avantageux de se soulager à même la ville.

    Et s'il y avait moyen de les faire tous se tirer dans le pied, pour rire un bon coup au passage? Eh bien il y en a un qui l'a trouvé, ce moyen, et il ne pas fait du tout dans le second degré. En effet, Xavier Delaporte, un Parisien de 31 ans qui se fait du souci, a proposé d'utiliser une peinture très hydrophobe qui ferait en sorte qu'au contact de la surface le pipi rebondirait immédiatement sur son propriétaire.

    Cependant, la mesure s'avérerait assez chère. En se fondant sur une expérience allemande (la pratique est déjà appliquée avec succès à Hambourg), M.Delaporte a estimé qu'un tel projet coûterait environ 100.000 euros pour couvrir au moins les murs du 18e arrondissement et du canal Saint-Martin.

    "Beaucoup de gens sont vraiment excités par cette idée, je pense, en particulier parce qu'elle n'est pas répressive, mais d'une façon amusante et inattendue elle peut vraiment changer le comportement des gens", espère M. Delaporte.

    Néanmoins, c'est maintenant à la mairie parisienne de décider du sort de ceux qui choisiront de prendre Paris pour une vespasienne à ciel ouvert. Les autorités de la ville se sont déjà déclarées prêtes à délibérer avec  M.Delaporte sur son idée de peinture anti-pipi.

    Comme les patrouilles nocturnes ne suffisent plus pour contrer le "pipi sauvage", le dernier espoir de M.Delaporte repose dans cette peinture spéciale qui fait rebondir l'urine directement sur les jambes et les pieds de la personne qui urine dans un lieu public, éclaboussant ainsi pantalon et basquettes.

    La vidéo promotionnelle du projet allemand montre comment cette peinture fonctionne.

    Lire aussi:

    Crise des déchets au Liban: le ministère de l'Environnement pris d'assaut
    La Suède pourrait enterrer des déchets nucléaires d’autres pays
    La Corée du Nord bombarde son voisin du sud de…
    Tags:
    ville, peinture, amende, société civile, délinquance, Mairie de Paris, Hambourg, Paris, France, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik