Ecoutez Radio Sputnik
    On pourrait imprimer un homme en 2 heures 47 minutes

    On pourrait imprimer un homme en 2 heures 47 minutes

    © Flickr/ L.E. Spry
    Société
    URL courte
    11165

    Les spécialistes du Centre de recherche et développement Skolkovo estiment qu'ils seront en mesure, dans un avenir plus ou moins proche, d’imprimer un homme en 2 heures 47 minutes à l’aide d’une bio-imprimante 3D.

    Imprimer un homme en 2 heures 47 minutes, est-ce vraiment possible? "Pour le moment ce n'est qu'une fantaisie scientifique et non une perspective réelle", estime le chercheur du Centre de recherche et développement Skolkovo (une localité située au sud de Moscou), Boris Tchitchikov.

    Dans le même temps, cette "fantaisie" a des fondements réels, fait-il remarquer. "Actuellement, il y a des lasers qui génèrent près de 100 pulsions par seconde. En utilisant ces lasers, on pourrait imprimer un homme en 2 heures 47 minutes et un cœur humain en 30 secondes", avoue M.Tchitchikov. Mais ce n'est pas si simple que ça, car un être humain n'est pas un assemblage de cellules mises en rang, explique-t-il.

    "Mais je suis optimiste. Je pense que des organes imprimés seront disponibles dans quelques dizaines d'années", espère-t-il.

    Le chercheur fait remarquer que les tentatives d'imprimer des organes entrelacés par des capillaires ont eu lieu dans de nombreux pays et que c'est la Russie qui impose la cadence dans ce processus. L'année dernière, les chercheurs de Skolkovo ont pu imprimer une thyroïde qui a été implantée à une souris et qui a fonctionné comme une véritable thyroïde.

    "Actuellement, nous nous apprêtons à imprimer un nodule. D'abords, on va le mettre au point sur des souris, puis on envisage de créer une industrie de bio-impression des organes humains", annonce pour sa part le directeur du laboratoire 3d Bio-impression Vladimir Mironov.

    Lire aussi:

    Japon: l’impression 3D d’organes trois fois moins chère
    Transplantation réussie d’une cage thoracique imprimée en 3D
    «Abrite-moi»: les passagers chinois testent les premiers arrêts de bus imprimés en 3D
    Tags:
    Centre d'innovation Skolkovo, science, organes, imprimante, bio-imprimante 3D, 3D Bio-impression (laboratoire), Boris Tchitchikov, Vladimir Mironov, Russie, Skolkovo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik