Société
URL courte
Crise migratoire (789)
3161
S'abonner

Après la série d'incidents survenus à Cologne dans la nuit du Nouvel an, de nombreux Allemands ont décidé de prendre en main leur propre sécurité en achetant des armes d’autodéfense, selon la chaîne télévisée RT.

Les armureries allemandes prospèrent. Chaque information sur un crime perpétré par les réfugiés laisse penser aux Allemands qu'ils ne peuvent plus confier leur sécurité à la seule police, annonce la correspondante de la chaîne RT Lizzie Philan.

Selon les armuriers, les ventes d'armes non létales ou incapacitantes doubleront cette année. Une armurerie à Berlin a déjà dépassé cette prévision. Son propriétaire affirme avoir vendu le mois dernier plus de bombes au poivre  qu'au terme de l'année passée.

"Nous vendons également des pistolets à gaz et des pistolets d'alarme. Normalement, toute cette vitrine et pleine, mais actuellement, nous sommes en rupture de stock. De nombreux clients nous demandent des shockers électriques, mais nous n'en avons pas, les producteurs n'arrivant pas à satisfaire toutes les commandes", a expliqué Pavel Sverdlov, propriétaire de l'armurerie.

La demande s'est accrue après les incidents survenus dans la nuit du Nouvel an à Cologne.

"Les visiteurs disent de plus en plus souvent qu'ils redoutent d'être attaqués. Les gens ne se sentent plus protégés. Plusieurs femmes et personnes âgées éprouvent un sentiment d'insécurité", a indiqué l'armurier.

Ces craintes sont-elles justifiées? Si l’on en croit les dernières statistiques, les réfugiés commettent en moyenne moins de crimes que les Allemands. En outre, la police de Berlin  estime que les armes achetées pourraient nuire à leurs propriétaires plutôt que les défendre.

"Nous estimons que porter sur soi une bombe à poivre ou toute autre arme n'est pas opportun. Primo, l'agresseur est capable de s'en servir contre vous-même. Secundo, le port d'arme modifie le comportement. Dans les cas où une personne aurait pu faire preuve de davantage de prudence, la certitude d'être armé pourrait la faire agir avec beaucoup  trop d'assurance et d'une façon moins réfléchie que si elle n'avait pas d'arme", indique le porte-parole de la police de Berlin Stefan Redlich.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Harcèlements de Cologne: Pegida prépare une réponse
Plus de 500 plaintes enregistrées après les agressions de Cologne
Cologne: presque tous les agresseurs sont des migrants
Tags:
crise migratoire, armes non létales, Cologne, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook