Ecoutez Radio Sputnik
    déchets

    Un hôtel construit à partir de déchets verra le jour en Iran

    © AFP 2017 Pierre-Pilippe Marcou
    Société
    URL courte
    2101

    Le propriétaire d’un complexe touristique iranien a fait appel à l’aide des citoyens pour collecter tous les déchets se trouvant dans l’île afin de construire un quartier résidentiel et un complexe hôtelier.

    Amin Davaei, directeur exécutif d'un complexe touristique situé dans l'île d'Ormuz en Iran, a annoncé à l'agence Mehr que des travaux d'amélioration de l'infrastructure étaient en cours dans l'île.

    "Nous envisageons tout d'abord de ramasser tous les déchets et de procéder à la construction d'immeubles", a-t-il expliqué.

    "À vrai dire, nous projetons de construire un hôtel avec tous ces déchets. La réalisation du projet sur l'île d'Ormuz débutera en mars, et nous avons l'intention d'y impliquer les habitants locaux afin que ces derniers aident à collecter les déchets, à les recycler et à construire de nouveaux immeubles", a indiqué Amin Davaei.

    M. Davaei a également ajouté que l'étape suivante consistera à bâtir des logements, l'autorisation nécessaire étant obtenue. De la sorte, le propriétaire d'un complexe touristique iranien compte donner un nouveau visage à l'île et la transformer en un endroit où les gens veulent rester et où il fait bon vivre.

    "Nous coopérons avec les activistes dans le domaine touristique d'Ormuz. Nous réaliserons ce projet par amour pour l'environnement et essayerons de nettoyer l'île. D'ailleurs, cela permettra d'y attirer des touristes et l'avenir, nous comptons d'organiser des tours dans l'île."

    Lire aussi:

    La Chine va commencer à brûler des déchets nucléaires
    Le Liban se lance dans l'exportation de déchets
    Japon: manifestation contre un site de stockage de déchets radioactifs
    Crise des déchets au Liban: le ministère de l'Environnement pris d'assaut
    Tags:
    bâtiment (travaux de construction), hôtel, déchets, tourisme, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik