Ecoutez Radio Sputnik
    Juif

    Les Juifs et la richesse: l'équation expliquée

    © Flickr / Jaap Joris
    Société
    URL courte
    342043
    S'abonner

    Des scientifiques ont trouvé un lien entre la croissance économique de certaines régions européennes et l'expulsion des communautés juives d'autres coins du monde.

    Luigi Pascali, un scientifique de l'université de Warwick, en Angleterre, a tiré un parallèle entre la richesse de certaines régions européennes et l'expulsion des Juifs des régions italiennes du sud, lit-on dans le magazine The Review of Economics and Statistics.

    M.Pascali a analysé dans un article le développement de la péninsule italienne, péninsule géologique continentale qu'occupe aujourd'hui la majeure partie du territoire italien. C'est en 1503 que la répression y a commencé notamment à l'égard des communautés juives du sud de la péninsule, les poussant à émigrer vers le nord.

    Comme les Juifs représentaient à l'époque une grande partie de la population active, cet exode a finalement entraîné une hausse de 10% du produit intérieur brut des régions italiennes du nord, par rapport à celui des régions du sud.

    En outre, les communautés juives ont créé les premiers établissements de crédit sur les territoires situés près de la frontière française actuelle. Les banques ont à leur tour contribué à la répartition efficace des ressources financières ainsi qu'à la croissance économique.

    Pour arriver à ses conclusions, le spécialiste a étudié les données démographiques de l'époque de la Renaissance et les informations historiques sur les changements dans les doctrines religieuses de l'Eglise catholique romaine.

    Lire aussi:

    Saint Maradona veille sur nous, ou le Top-6 des religions les plus étranges
    Education à la danoise: un imam prêche la lapidation des femmes infidèles
    Des chiens qui parlent: le projet fou d'Hitler
    Tags:
    exode, richesse, développement, croissance, migration, Juifs, économie, Italie, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik