Ecoutez Radio Sputnik
    Des musulmans saoudiens

    Renoncer à l'islam et mourir

    © REUTERS / Mohamed Al Hwaity
    Société
    URL courte
    14848

    L'apostasie est passible de la peine de mort dans douze pays musulmans. D'autre part, les sept pays où le terme "athéisme" est le plus recherché sur Google se trouvent aussi au Moyen-Orient. Un paradoxe?

    "S'il y a un Dieu, l'athéisme doit lui sembler une moindre injure que la religion", a dit l'écrivain français Edmond de Goncourt. Mais la plupart des pays islamiques ne sont pas d'accord avec cette idée, rapporte The Economist.

    Fin février 2016, un Saoudien de 28 ans a été condamné à dix ans de prison, une amende de 20.000 riyals (5.000 euros) et 2.000 coups de fouet pour avoir affirmé sur Twitter qu'il ne croyait pas en Dieu. Il risquait une peine beaucoup plus dure. En 2014, l'Arabie saoudite a adopté une loi qui assimile l'athéisme à du terrorisme. L'an dernier, un autre jeune Saoudien a été condamné à mort pour avoir posté sur internet une vidéo dans laquelle il déchire un exemplaire du Coran et le frappe avec une chaussure.

    Selon l'Union internationale humaniste et éthique (IHEU), l'Arabie saoudite est l'un des 19 pays condamnant l'apostasie, le rejet public de la religion par un croyant. Le royaume wahhabite est aussi l'un des 12 pays où l'apostasie est passible de la peine capitale. Dix de ces 12 pays se trouvent au Moyen-Orient et en Afrique. Mais ces pays appliquent rarement la peine de mort, les apostats étant généralement jetés en prison et torturés.

    Même les pays où l'apostasie n'est pas hors la loi trouvent des moyens de réprimer les déviations religieuses. Les tribunaux islamiques d'Oman, du Koweït et de Jordanie peuvent annuler les mariages entre les apostats ou supprimer leur droit à l’héritage. Les couples pakistanais qui renoncent à l'islam risquent de se voir retirer la garde de leurs enfants.

    Les pays musulmans qui n'ont pas de lois spéciales contre l'apostasie appliquent des lois contre le blasphème. 

    En Egypte, un étudiant en ingénierie de 23 ans, Karim Ashraf Muhammad al-Banna, a été condamné à trois ans de prison en 2015 pour avoir affiché publiquement son athéisme sur Facebook. Il n'est pas formellement interdit d'être athée en Egypte. M.Al-Banna a donc été jugé pour "insulte aux religions". La Constitution égyptienne protège la liberté de conscience, mais interdit toute insulte à l'égard des trois religions monothéistes que sont l'islam, le christianisme et le judaïsme.

    Le Pakistan a aussi des lois contre le blasphème. En novembre 2010, une chrétienne pakistanaise, Asia Bibi, a été condamnée à la mort par pendaison ainsi qu’à verser une amende équivalente à deux ans et demi de salaire (850 euros) suite à une dispute avec des femmes musulmanes lors de laquelle elle aurait insulté le prophète Mahomet. Le gouverneur du Pendjab Salman Taseer, qui avait publiquement défendu Asia Bibi, a été assassiné par son garde du corps le 4 janvier 2011. Ayant fait appel de la décision devant la Haute Cour de Lahore, Asia Bibi a vu sa condamnation à mort confirmée par la Cour le 16 octobre 2014. Asia Bibi a fait un ultime recours devant la Cour suprême du Pakistan qui a trois ans pour statuer.

    Pourtant, l'intérêt pour l'athéisme est en hausse dans la région malgré tous les risques que cela comporte. Selon l'outil Google Tendances, les sept pays où le terme "athéisme" est le plus recherché se trouvent au Moyen-Orient. D'après une étude réalisée par l'Institut WIN/Gallup International en 2012, les Brésiliens sont plus religieux que les Afghans et les Arméniens plus dévots que les Irakiens. Et il ne faudrait peut-être pas s'étonner s'il s'avère que la part réelle des athées en Arabie saoudite est la même qu'aux Etats-Unis, conclut le magazine.

    Lire aussi:

    Le jeu d’échecs contraire à l’islam?
    Dubaï: un Indien prend un an de prison pour insultes envers les musulmans sur Facebook
    Les croyants sont-ils moins intelligents que les athées?
    Tags:
    amende, loi, charia, athéisme, peine de mort, apostasie, islam, Union internationale humaniste et éthique (IHEU), Egypte, Pakistan, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik