Ecoutez Radio Sputnik
    des écoliers musulmans

    Suisse: des écoliers musulmans autorisés à ne pas serrer la main des enseignantes

    © AFP 2019 Noorullah Shirzada
    Société
    URL courte
    5226

    La classe politique suisse a critiqué la décision de l'école secondaire de Therwil, dans le canton de Bâle-Campagne (près de la frontière française), d'introduire une exception aux règles générales pour deux élèves musulmans.

    Dans les écoles suisses, il existe une tradition selon laquelle les élèves et les enseignants se serrent la main avant et après la leçon.

    Cependant, deux élèves de 14 et 15 ans d'une école de la commune de Therwil ont affirmé que cette pratique était contraire à leurs convictions religieuses. Les adolescents font valoir que l'islam interdit le contact physique avec le sexe opposé.

    Ainsi, les écoliers ont demandé à ce qu'une exception leur soit faite. L'administration de l'école a décidé de permettre aux garçons de ne pas serrer la main de leurs professeures femmes. Et pour éviter toute discrimination fondée sur le sexe, les garçons ont été également autorisés à ne pas serrer la main des enseignants hommes.

    Bien que la mise en place des règles scolaires relève des prérogatives du personnel de l'école, la décision a provoqué un tollé au sein de la classe politique suisse.

    La ministre suisse de la Justice Simonetta Sommaruga a pour sa part déclaré que la coutume de serrer la main des enseignants était une partie intégrante de la culture suisse.

    Le président de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique Christoph Eymann estime qu'on ne peut pas "tolérer que les femmes soient traitées différemment des hommes dans le service public".

    De son côté, la Fédération des organisations islamiques de Suisse (FOIS) a indiqué qu'une poignée de main entre un homme et une femme est théologiquement permise.

    "Je recommande aux élèves de serrer la main de leur enseignante, car ils doivent se montrer respectueux. Mais il faut aussi faire preuve de patience envers ceux qui pensent autrement. Dialoguer avec l'élève ou ses parents permet de connaître les motivations, d'expliquer l'importance d'une telle salutation dans la culture suisse et de justifier si nécessaire les raisons de devoir le faire", explique le président de la FOIS Montassar BenMrad.

    Selon l'Office fédéral de la statistique il y a près de 320.000 musulmans de plus de 15 ans habitant en Suisse, soit 4% de la population.

    Lire aussi:

    Renoncer à l'islam et mourir
    Belgique: 3,3M EUR pour les imams de l'islam intégré
    Le jeu d’échecs contraire à l’islam?
    Un algorithme Google "persuadé" que tous les musulmans appuient le terrorisme
    Tags:
    communauté musulmane, discrimination, enseignement, islam, musulmans, école, Suisse
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik