Ecoutez Radio Sputnik
    Scientifiques: pas de différence entre le sucre et la cocaïne

    Scientifiques: pas de différence entre le sucre et la cocaïne

    © Flickr/ Pay No Mind
    Société
    URL courte
    380

    Il est largement estimé que le sucre affecte le cerveau d'une manière similaire à la cocaïne, et selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs australiens, les gens dépendants au sucre doivent être traités de la même manière que les toxicomanes.

    D'après les scientifiques australiens de l'Université de technologie du Queensland (QUT), la consommation excessive de sucre augmente les niveaux de dopamine d'une manière similaire à d'autres drogues, telle que la cocaïne, rapporte The Independent.

    L'étude a révélé qu'une consommation à long terme de sucre entraînerait finalement une réduction des niveaux de dopamine, ce qui signifie que les gens ont besoin de consommer de plus en plus de sucre afin d'atteindre les mêmes niveaux de satisfaction et d'éviter des états de dépression.

    En outre, les chercheurs ont découvert dans une étude distincte qu'une consommation chronique de saccharose pouvait mener à des troubles de l'alimentation et modifier le comportement des individus.

    Ainsi, selon la professeur Selena Bartlett, neuroscientifique de l'institut de la santé et de l'innovation biomédicale de la QUT, la recherche indique que les médicaments utilisés pour traiter la dépendance créée par la nicotine pourraient être utilisés pour traiter la dépendance au sucre.

    "La consommation de sucre en excès a été avérée contribuer directement à la prise de poids. Il élève en outre les niveaux de dopamine qui contrôlent les centres de récompense et de plaisir du cerveau d'une manière semblable à de nombreuses drogues y compris le tabac, la cocaïne et la morphine", a-t-elle fait valoir.

    Cependant, les résultats de la nouvelle étude australienne sont en contradiction avec une recherche, menée en 2014 par l'Université d'Edimbourg, qui avait montré que la dépendance au sucre était plus une dépendance psychologique semblable à l'addiction au jeu plus qu'une dépendance biochimique.

    Les gens essaient de trouver des explications rationnelles à leur surpoids, et il est facile de blâmer la nourriture, avait alors estimé John Menzies, chercheur en physiologie intégrative de l'Université d'Edimbourg.

    Toutefois, en 2015, James Dinicolantonio avait publié une étude sur les dangers du sucre, en rapportant que, dans les expériences animales comparant le sucre à la cocaïne, même lorsqu'on poussait les souris à être dépendantes à la cocaïne, une fois qu'on leur offrait du sucre, la quasi-totalité d'entre elles passaient au sucre.

    Lire aussi:

    Le chef d'Interpol au Venezuela accusé de transférer de la cocaïne à l'étranger
    Un sous-marin avec 5 tonnes de cocaïne à bord arrêté aux USA
    Un thé à la cocaïne se vendait en Italie depuis des années
    Séquençage du génome du riz: vers une nouvelle "révolution verte"?
    Tags:
    étude, chercheurs, santé, cocaïne, drogue, Edimbourg, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik