Ecoutez Radio Sputnik
    Elle greffe des doigts artificiels aux yakuzas

    Elle greffe des doigts artificiels aux yakuzas

    © Flickr/ TORCH MAGAZINE
    Société
    URL courte
    0 60

    Une prothésiste fabrique des doigts artificiels pour les yakuzas repentis, ces anciens membres de puissants groupes criminels japonais.

    En vingt ans, Yukako Fukushima a créé des centaines de petits doigts pour d'anciens membres du groupe criminel japonais yakuza qui cherchent à commencer une nouvelle vie après avoir fait partie de la mafia, rapporte le Guardian.

    "Si avez perdu votre doigt dans un accident, les gens le comprennent bien, mais ce n'est pas le cas des yakuzas. La plupart des gens n'arrivent pas à surmonter la signification de leurs tatouages ou doigts coupés", explique Fukushima, qui a obtenu deux prix gouvernementaux pour sa contribution à réhabiliter et à réintégrer les yakuzas dans la société.

    ​"Ce n'était pas ce que j'avais l'intention de faire à long terme, j'étais sur le point de trouver un autre boulot quand on m'a dit que j'étais la seule personne au Japon qui faisait ce travail", a poursuit Yukako Fukushima, qui travaille au centre-ville d'Osaka dans un atelier dirigé par la société Kawamura Gishi, spécialisée dans le bien-être social.

    Les prothèses de doigts sont faites avec une incroyable précision et une attention portée aux détails. A l'aide de plus de 20 couleurs, Yukako Fukushima peut reproduire plus de 1.000 tons de peaux.

    Tous les détails, y compris les empreintes digitales, la courbure, les ongles et les veines sont reproduits en silicone avec une minutie qui frôle la perfection. Ainsi, il est impossible de distinguer la prothèse des autres doigts. Le faux doigt s'enfile comme un bouchon d'un stylo. Une prothèse peut coûter plus de 1800 euros et a une durée de vie de dix ans.

    Mais Fukushima n'accepte de fabriquer une prothèse digitale qu'à certaines conditions.


    "J'ai besoin d'une preuve qu'ils ont définitivement décidé de quitter le groupe, et je n'accepterais pas d'argent supplémentaire des gens qui ont l'intention de passer avant les autres", dit Yukako Fukushima.

    Même si un nouveau petit doigt ne garantit pas que le criminel modifie son comportement, Fukushima reçoit beaucoup de lettes de remerciement qui la convainquent que son travail est important.

    "J'ai reçu des lettres d'hommes qui se sont mariés et ont des enfants ou ont trouvé un boulot. D'autres me disent qu'ils se sont redressés et se sont excusés devant leurs proches pour les années de misère qu'ils leur avaient fait subir ", dit-elle. 

    En Asie de l'Est, le petit doigt coupé indique qu'une personne fait partie ou a fait partie d'un groupe japonais du crime organisé. D'après un rituel de ces groupes mafieux, un yakuza doit se couper un doigt pour se faire pardonner d'avoir enfreint le code d'honneur. Le petit doigt est le premier doigt à couper. Dans le cas où un yakuza renouvelle sa faute, il doit recommencer la cérémonie avec les autres doigts.

    Lire aussi:

    Innovation révolutionnaire: le plastique fait des algues
    Le "sakura sibérien" fait le buzz sur Internet
    Le carbyne, le nouveau matériau le plus résistant au monde
    Des chercheurs suédois ont découvert le gène responsable des AVC
    Tags:
    prothèse, mafia, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik