Ecoutez Radio Sputnik
    Jeune homme devant un ordinateur, image d'illustration

    Attention! Trop tweeter nuit à votre mémoire

    © Flickr/ Libelul
    Société
    URL courte
    0 16

    Vous aimez partager des posts sur les réseaux sociaux? Soyez extrêmement prudents car cette habitude pourrait avoir des effets négatifs sur vos capacités mentales.

    Les chercheurs de l'Université Cornell à Ithaca, ville du nord-est américain, ont découvert que le fait de partager des posts sur Twitter ne contribue pas à la mémorisation de l'information. Au contraire: ceux qui en abusent peinent à mémoriser le contenu des articles partagés, lit-on dans le journal Computers in Human Behavior.

    Une enfant qui dessine
    © Sputnik . Igor Zarembo
    Des scientifiques ont analysé deux groupes d'étudiants d'une université de Pékin qui communiquaient à l'aide du réseau social Weibo, analogue chinois de Twitter.

    Certains candidats ont dû partager des infos tandis que les autres n'avaient pas d'autre choix que de les lire sans poster sur son mur ou envoyer à leurs amis.

    Ensuite, des chercheurs ont proposé aux étudiants de passer un test de mémoire comprenant les questions sur le contenu des articles partagés. Il s'est avéré que les personnes qui n'avaient pas partagé d'articles avaient mieux saisi leur idée.

    Ceci est provoqué par une "surcharge mentale": quand on voit quelque chose d'intéressant et qu’on a l'option de la partager avec ses amis, on commence inconsciemment à se demander s'il faut le faire ou pas. Cela empêche notamment de mémoriser le contenu, estiment les chercheurs.

    Une telle particularité pourrait avoir des conséquences négatives non seulement dans le cadre des réseaux sociaux mais également porter atteinte aux succès scolaires et universitaires.


    Lire aussi:

    30 ans après, un amnésique retrouve subitement la mémoire
    Des cendriers qui bafouent la mémoire de l'empereur
    Prenez garde à ces produits qui réduisent la taille du cerveau!
    Tags:
    publication, chercheurs, analyse, étude, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik