Société
URL courte
3220
S'abonner

Quand le sort de 11 petits mammifères à piquants met en cause le confort des passagers du futur train à grande vitesse britannique.

Une famille de onze hérissons qui habite près du zoo de Londres risque de saper la mise en œuvre du projet de construction d'une ligne de train à grande vitesse entre Londres et les Midlands, dans le nord de l'Angleterre, baptisée High Speed Two (HS2), d'un coût de 50 milliards de dollars.

Les hérissons vivent à Regent's Park, au centre de la capitale britannique. Ils ont tous disparu des autres parcs de la capitale. La principale cause de mortalité chez ces animaux est le trafic routier. Les écologistes du zoo de Londres, situé à proximité, estiment que le fait de déployer le matériel du chantier du HS2 dans leur aire d'habitation mènera à la réduction de leur nombre voire à l'extinction des hérissons du parc.

La Société zoologique de Londres, propriétaire du zoo de Londres, fait partie des 827 signataires d'une pétition ad hoc présentée à la Chambre des Lords.

"La meilleure solution serait de ne pas déranger les hérissons du tout", a déclaré un porte-parole de la société britannique de protection des hérissons. Les écologistes du projet ont en fait proposé de déplacer les animaux. Les employés du zoo ont rejeté cette proposition.

Le projet de train à grande vitesse High Speed Two est en principe soutenu par les deux grands partis politiques du Royaume-Uni (l'UKIP et le Parti vert sont contre ce projet qui ne leur semble pas justifié), cependant les questions des villes desservies et de l'impact environnemental restent une source de désaccord.

Le zoo de Londres, l'un des plus vieux zoos du monde, abrite aujourd'hui la plus grande collection d'animaux vivants du monde.

Lire aussi:

Les hérissons du café "Harry"
Jabba le hérisson est si gros… qu'il mérite un buzz sur la Toile
Un hérisson perd ses aiguilles après un traumatisme psychique
Une maman chat adopte des bébés hérissons
Tags:
environnement, écologie, transports, animaux, hérisson, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook